Et si le monde que vous connaissez si bien changeait du tout au tout subitement? C'est ici que tout commence.
 

Partagez | 
 

 La patrouille nocturne [PV : Ekaterina Carbone]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
John Surcov

Avien soldat

Puf : Fanrod
Messages : 38
Oz : 33
Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 18

Carnet de bord
Âge du personnage: 21 ans
Animal de l'hybridation: Aigle royale
Relations:

MessageSujet: La patrouille nocturne [PV : Ekaterina Carbone]   Dim 19 Avr - 21:40

La nuit. Ce moment de la journée paisible, qui vous enveloppe de son silence et de sa fraicheur. Une période privilégiée de la journée pour les membres de la garde Avienne, car c'était durant cette période que les patrouilles nocturnes et discrètes avaient lieu. John avançait de son pas discret habituel dans les couloirs du quartier générale de la garde. Il venait de consulter le tableau des affectations pour y découvrir qu'il était de service durant cette nuit là. Et pas avec n'importe qui qui plus est. Avec le capitaine Carbone, chef de la garde. Il rentra dans l'armurerie et l'inspecta des yeux. Il s'avança vers le râtelier d'armes et glissa ses doigts jusqu'à son arme favorite : son fidèle fusil de précision. Il le plaça en bandoulilère dans son dos, puis ouvrit son long manteau noir, découvrant son pantalon ainsi que son t-shirt léger. Il récupéra alors un pistolet et un couteau, qu'il plaça au niveau de sa ceinture. On est jamais trop prudent, on ne sait jamais ce qui peut roder dans les ombres de la cité Avienne. Il referma rapidement son manteau, puis se dirigea vers la sortie de la pièce, s'engouffrant dans les couloirs. Comme à son habitude, il arborait son air froid et indifférent, cet air qui le rendait si efficace, mais à la fois si distant de tous contacts physiques ou émotionnelles. Il n'avait jamais su si cette carapace était plus un avantage ou un inconvénient. Il se dirigea directement vers la pièce de briefing, là où se retrouvaient les soldats avant chaque patrouille. Il observa une horloge pendu au mur. 21h57. Il avait trois minutes d'avance, comme à son habitude. Il se glissa dans la pièce pour découvrir la femme à la longue chevelure blanche déjà sur le pied de guerre, équipée et prête à partir. Le soldat l'avait toujours admirée. Cette femme, qui semblait pourtant si jeune, si faible, si... Squelettique, avait réussi à devenir le capitaine de la garde Avienne. Pour pouvoir prétendre à ce poste, elle avait surement du accomplir des exploits. Cependant, il ne savait pas ce qui lui avait permis d'obtenir ce grade. A vrai dire, il avait eu très peu de contacts avec elle, ceux-ci se limitants aux obligations militaires habituelles. Pourtant, au fond de lui, quelque chose le tracassait chez cette femme. A chaque fois qu'il l'entendait parler, il avait l'impression d'entendre une voix qu'il connaissait d'un passé lointain, comme un souvenir assez flou. Cependant, le soldat avait préféré se dire que cela était un tour de son imagination, et il n'avait jamais essayer de plus approfondir le sujet. John fit un rapide salut militaire, comme le voulait le règlement, puis inclina la tête vers le capitaine Carbone :

Nous pouvons y aller quand vous le souhaiterez, capitaine.

Il releva la tête et croisa les bras sur son torse, attendant les ordres de son supérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ekaterina Carbone
avatar
Chef garde Avienne

Puf : Heaven
Messages : 61
Oz : 8
Date d'inscription : 30/03/2015
Age : 20
Localisation : Dans un abîme trop sombre.

Carnet de bord
Âge du personnage: Dix-neuf hivers.
Animal de l'hybridation: Un Elanion Blanc.
Relations:

MessageSujet: Re: La patrouille nocturne [PV : Ekaterina Carbone]   Dim 19 Avr - 22:56

Patrouille Nocturne

Kaya & Johnny ♥

Un souffle régulier, à peine audible.
Deux paupières blêmes qui cachaient deux saphirs marins aux yeux de tous, bien qu'il n'y ait personne d'autre qu'elle-même, dans sa chambre trop spacieuse. Même les yeux hermétiquement clos, Ekaterina était en mesure de replacer chaque objet dans sa modeste demeure, petite cabane fichée au creux d'un entrelacs de branches très épaisses.
Un énième soupir franchissait ses lèvres carminées, et ses yeux apparurent finalement, brûlants d'angoisse. N'y tenant plus, la jeune femme émergea de ses draps de coton fin qu'elle avait rejoint plus tôt dans la journée pour prendre un peu de repos avant d'être forcée de rejoindre ce jeune soldat qu'elle avait elle-même désigné pour l'accompagner dans l'une de ses rondes.
Triturant ses mains osseuses quelques minutes durant, tout en faisant les cents pas entre la commode et son matelas de plume, Kaya sentait une pression désagréable enfler dans sa poitrine étroite.  
« Qu'est-ce qui m'a pris… »
Se plaignit-elle en attrapant son jean sombre qui reposait sur son bureau, jeté pêle-mêle sans aucune délicatesse avec sa blouse en mousseline noire. Elle les enfila prestement, sautillant à cloche-pied pour parvenir à enfiler le tissu particulièrement ajusté. Finalement, ses chaussettes noires et des bottes motardes achevèrent sa tenue qui s'était voulue sobre, peut-être trop. Haussant les épaules en observant son reflet dans l'unique miroir de la pièce, puis nouant deux épais Holster à ses cuisses pour y glisser ses nombreux couteaux. Certains, petits et affûtés comme des lames de rasoirs, étaient destinés à être lancé sur une hypothétique proie, tandis que d'autres, plus épais, seraient utilisés comme armes de poing.
Ceci fait, la demoiselle s'extirpa du ventre de son domaine sans fermer la porte à clé pour autant, se sachant immunisée contre les vols ici, au coeur des plus grands arbres dont les branches se paraient peu à peu des feuilles et fleurs du printemps.
Rejoignant le QG de la garde constitué de plusieurs bâtiments reliés par un réseau de chemins plus ou moins complexes, elle dépassa le réfectoire où ils prenaient parfois les repas ensemble, puis l'armurerie pour s'aventurer directement dans la salle de repos. Là, les soldats ayant achevé leur tour de garde, ou attendant de le débuter pouvaient partager un café tout en discutant avec les autres arrivants.
Il y avait même un jeu de fléchettes. Sans les fléchettes, naturellement. C'était Kaya qui avait initié les autres à cette étrangeté. Un sourire narquois fendilla son beau visage angélique lorsqu'elle aperçut la tête d'un hybride empaillé, servant de cible, qui avait été percé de part et d'autre. Sans plus de cérémonie, la jeune femme récupéra à une vitesse horripilante l'un de ses couteaux en argent et le lança à travers la pièce.
« Dans le mille ! »
S'enthousiasmait-t-elle en constatant que son arme ciselé venait de se ficher directement dans l'oeil morne de l'animal.
Un rire tonna à l'autre bout de la pièce, caché dans l'ombre, il y avait Samuel, alias Mumu. Un nouveau sourire illumina son doux visage livide lorsque la demoiselle aperçut son compère.
« Eh bien, en voilà une manière de traiter les morts, Kaya. »
La dénommée ricana tout bas, avant de s'installer à la table ronde qui trônait au milieu de la pièce particulièrement sombre.
« Tu ne devrais pas être en train de travailler, plutôt que d'embêter ta supérieure ? »
Le taquina-t-elle, tout en sachant qu'il était de permanence. Il s'abstint de répondre lorsqu'il entendit la porte s'ouvrir, découvrant un jeune homme qui semblait tout de même un peu plus âgé qu'Ekaterina.
Elle soupira, était-elle condamnée à demeurer la cadette de la garde ? Sans doute. Brusquement, toute sa nervosité reprit le dessus sur sa légèreté, et elle adressa un regard grave à l'homme qui s'était avancé, tout en conservant une certaine distance entre eux.
Kaya regretta aussitôt sa décision de s'allier à l'un de ses sous-fifres pour effectuer ses rondes. Au début, elle avait pensé que ce serait l'occasion idéale pour apprendre à se connaître, puisque c'était aussi son rôle de s'intéresser aux transformistes sous ses ordres.
Un salut bref, plutôt sec, et dénué de la moindre chaleur.
Super…

« Nous pouvons y aller quand vous le souhaiterez, capitaine. »
Un ton tranchant, qui ne laisse place à aucune discussion, bien qu'il soit parfaitement détaché. Aussi neutre que l'expression dont se parait le visage de l'homme aux cheveux noirs qui lui faisait face, bras croisé.
S'il n'avait pas semblé si sérieux, presque austère, Ekaterina aurait presque pu penser qu'il la défiait, dans cette position clairement dominante.
Plissant les paupières jusqu'à réduire ses yeux à l'état de deux fentes couleur de givre, la blanche acquiesça silencieusement en se levant de son siège.
« Salut, Surcov. » Commença-t-elle presque tranchante, désormais parfaitement concentrée. « Bonne nuit, Mumu. »
Un rire retentissait encore dans leur dos lorsqu'ils sortirent tout deux, Kaya en tête. Un léger tremblement s'était emparé de ses mains, trahissant son émoi. Elle n'était définitivement pas habitué à faire équipe avec quelqu'un, et sa méfiance grandissait sournoisement, nouant ses entrailles déjà complètement retournées.
Après quelques minutes d'un silence pesant, Ekaterina s'exclama, à mi-voix.
« Tu peux m'appeler Ekaterina, ou Kaya. Et tutoies-moi, Surcov, je ne suis pas si vieille, que je sache. »
La dernière phrase fut prononcé avec un léger rire dans la voix, presque moqueur. Elle décocha un sourire crispé à son partenaire, enroulant autour de son index une fine mèche de cheveux blancs, qu'elle finit par mâchonner nerveusement.

DEV NERD GIRL





Merci Mômoune c::
 


Kaya murmure à l'oreille de ses interlocuteurs avec #CC6699
Retrouve ici sa présentation complète !
Staffienne Décérébrée


Dernière édition par Ekaterina Carbone le Lun 11 Mai - 13:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Surcov

Avien soldat

Puf : Fanrod
Messages : 38
Oz : 33
Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 18

Carnet de bord
Âge du personnage: 21 ans
Animal de l'hybridation: Aigle royale
Relations:

MessageSujet: Re: La patrouille nocturne [PV : Ekaterina Carbone]   Dim 19 Avr - 23:24

Soudain, John remarqué qu'une autre personne était assise dans la pièce, un sourire léger aux lèvres. Malgré la pénombre, il reconnut Samuel, qui était de garde au QG cette nuit. Il lui fit un petit sourire, le saluant d'un bref mouvement de tête. Encore une personne qu'il ne connaissait pas, avec qui il n'avait tissé aucun lien. Il reporta son attention à la capitaine de la garde, cette dernière s'étend levé de sa chaise pour lancer au tireur d'élite sur un ton militaire :

Salut, Surcov.


Puis, reportant son attention au second soldat, elle lui lança :

Bonne nuit, Mumu.


Sans plus de cérémonie, elle s'élança vers la sortie. John décroisa les bras et la suivit d'un pas rapide, tandis qu'on entendait le rire sonore de Samuel retentir de moins en moins fort à mesure qu'ils s'éloignaient. Désormais, ils marchaient dans les dédales du QG, se dirigeant vers la sortie de ce dernier. John, ayant l'habitude de se retrouver seul la plupart du temps, resta silencieux, ne sachant pas trop quoi dire à son supérieur hiérarchique. Après quelques minutes de marche, Carbone décida de briser le silence, et s'exclama à demi-voix :

Tu peux m'appeler Ekaterina, ou Kaya. Et tutoies-moi, Surcov, je ne suis pas si vieille, que je sache.


Pendant qu'elle parlait, elle s'était arrêtée pour lui faire face, et termina sa phrase avec un petit rire crispé, se triturant les cheveux nerveusement. John hocha la tête avec un sourire léger, se tripotant les mains nerveusement. Il n'avait pas l'habitude de se retrouver aussi proche de quelqu'un lorsqu'il faisait équipe, particulièrement lorsqu'il s'agissait de la séduisante capitaine. Il lui répondit d'une voix plus amicale que la première fois :

Excusez m... Excuse moi. C'est juste que j'ai toujours eu l'habitude de vouvoyer mes supérieurs. Mais je vais essayer de faire un effort, Kaya.


Il avait prononcé le dernier mot avec un peu d'hésitation, l'information rentrant dans son cerveau. Il finit par immobiliser ses mains, repliant une nouvelle fois ses bras sur son torse. Il continua :

Je suis désolé, je n'ai pas vraiment l'habitude de faire équipe avec quelqu'un. Enfin... La plupart du temps je suis plutôt tout seul sur un toit à couvrir les troupes d'assaut. Alors, je suis désolé si il m'arrive de me montrer trop froid ou distant.


Il esquissa un sourire en coin, puis invita la jeune femme à poursuivre la route vers la sortie d'un mouvement de tête, se mettant déjà de nouveau en marche. Il se demandait bien où allait le mener cette ronde avec la capitaine. Arriveraient-ils à faire connaissance ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ekaterina Carbone
avatar
Chef garde Avienne

Puf : Heaven
Messages : 61
Oz : 8
Date d'inscription : 30/03/2015
Age : 20
Localisation : Dans un abîme trop sombre.

Carnet de bord
Âge du personnage: Dix-neuf hivers.
Animal de l'hybridation: Un Elanion Blanc.
Relations:

MessageSujet: Re: La patrouille nocturne [PV : Ekaterina Carbone]   Lun 20 Avr - 0:53

Patrouille Nocturne

Kaya & Johnny

« Excusez m… » Les yeux de la jeune femme se levèrent vers les cieux, faussement agacée qu'elle était. « Excuse-moi. C'est juste que j'ai toujours eu l'habitude de vouvoyer mes supérieurs. Mais je vais essayer de faire un effort, Kaya. »« Excusez m… » Les yeux de la jeune femme se levèrent vers les cieux, faussement agacée qu'elle était. « Excuse-moi. C'est juste que j'ai toujours eu l'habitude de vouvoyer mes supérieurs. Mais je vais essayer de faire un effort, Kaya. »

Un sourire malicieux fleurissait sur ses lèvres teintées par ce rouge à lèvres carmin qu'elle s'obstinait à utiliser, bien qu'elle dédaignait le maquillage depuis toujours. Bien sûr, la jeune femme avait remarqué l'hésitation qui avait percé dans sa voix lorsqu'il avait prononcé ce surnom prohibé. Optant de nouveau pour cette position mutique qu'il avait adopté plus tôt, lorsqu'ils étaient dans la salle des gardes, il poursuivit :
« Je suis désolé, je n'ai pas vraiment l'habitude de faire équipe avec quelqu'un. Enfin… La plupart du temps je suis plutôt tout seul sur un toit à couvrir les troupes d'assauts. Alors, je suis désolé s'il m'arrive de me montrer trop froid ou distant. »

La cheftaine apprécia la franchise du jeune tireur embusqué, et, tout en s'élançant à sa suite d'un pas léger, presque dansant elle s'exclama assez bas pour ne pas réveiller les habitants qui paressaient dans les maisons perchées au-dessus d'eux.

« Tu n'as pas à t'inquiéter de tout ça. Je suis ta supérieure, certes, mais je m'estime déjà très heureuse que vous acceptiez tous plus ou moins facilement la situation. Je craignais que mon jeune âge me pénalise grandement aux côtés des soldats plus expérimentés. »
Avoua-t-elle avec une moue. Son regard se perdit dans le vague quelques instants, tandis qu'ils approchaient de l'embarcadère où accostaient habituellement la Duck-navette pour leur permettre de rallier les berges lointaines. Scrutant l'eau sombre d'un oeil critique, elle se retourna vers son partenaire.

« Il n'y a plus de navette à cette heure, la prochaine est vers minuit… On va être obligé de faire le tour, c'est plus long mais on aura les pieds au sec. Enfin, dans la mesure du possible. »
Tournant les talons sans plus de cérémonie, l'Elanion s'élança dans les fourrés avec une grâce qu'on ne soupçonnerait sans doute pas chez une créature qui se voit plus mâle que femelle. Ses bottes motardes noires s'enfonçaient dans la bourbe, arrachant à la blanche quelques jurons colorés tandis qu'elle progressait relativement facilement pour la situation. Jetant des oeillades régulières dans son dos pour s'assurer que son compagnon parvenait à maintenir le rythme sans pour autant se retourner franchement pour ne pas lui faire penser qu'elle le pensait incapable, elle décida de se mouiller, quitte à se prendre un tsunami à la gueule.
« Tu es là depuis longtemps ? Dans la garde, j'entends. Tu y étais déjà avant mon arrivée, ça je le sais. Mais tu ne semblais pas connaître personnellement Samuel, donc j'en conclus que tu n'es pas très bien intégré… »

Sa voix, cristalline et limpide au possible, tirait légèrement sur les aigu, témoignant de son stress certain. Inspirant profondément, la jeune femme se concentra de nouveau sur le paysage qui changeait lentement. Le sentier était étroit, cerné par deux mares boueuses dont s'échappait un entêtant fumet de vase. Malgré l'année qui s'était écoulée depuis son arrivée chez les Aviens, Kaya ne parvenait pas à s'accommoder de cette odeur cuivrée, mêlant vaguement celle du sang à la pourriture des végétaux.
Les bruits de sussions de leurs bottes faisaient un vacarme infernal, si bien que quiconque tenterait une embuscade serait aussitôt averti de leur arrivée. Dans la nuit noire, les prunelles de la prédatrice se paraient d'une teinte dorée, tirant sur la rouille aux extrémités.

« Tu n'es pas obligé de répondre, naturellement. » Marquant une pause durant laquelle elle braqua son terrifiant regard sur la silhouette de Surcov après s'être retournée prudemment, elle reprit. « J'ai moi-même l'habitude d'être seule. C'est la première fois que je patrouille avec quelqu'un, donc sois indulgent, s'il-te-plaît. J'ai entendu beaucoup de bien de toi, sur tes aptitudes sur le terrain. »

Un nouveau sourire éclatait sur son visage blanc qui tranchait étrangement au milieu de la pénombre. Elle irradiait.
« Même si tu restes quelqu'un de plutôt mystérieux en ce qui concerne ton passé, et toute autre chose qui s'y rattache. Je ne te demanderai rien, mais j'écouterai avec plaisir. »
Se détournant une nouvelle fois pour reprendre son chemin, ils débouchaient finalement de cette interminable route pour atteindre l'orée d'un bois épais qui entourait intégralement le marais, protégeant ainsi les habitations aviennes des regards indiscrets.
« Je me rends compte que je n'ai pensé, cette année, qu'à surveiller les frontières et les activités des autres clans, sans même prendre soin des fidèles soldats qui composent nos rangs… »
Se désola-t-elle.
Ses doigts chassèrent les mèches rebelles qui tombaient sur son front, puis enroula de nouveau l'une d'elles autour de son index, comme Ekaterina le faisait si souvent. C'était l'une de ses nombreuses manies.  

DEV NERD GIRL





Merci Mômoune c::
 


Kaya murmure à l'oreille de ses interlocuteurs avec #CC6699
Retrouve ici sa présentation complète !
Staffienne Décérébrée


Dernière édition par Ekaterina Carbone le Lun 11 Mai - 13:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Surcov

Avien soldat

Puf : Fanrod
Messages : 38
Oz : 33
Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 18

Carnet de bord
Âge du personnage: 21 ans
Animal de l'hybridation: Aigle royale
Relations:

MessageSujet: Re: La patrouille nocturne [PV : Ekaterina Carbone]   Lun 20 Avr - 7:01

S'élançant à sa suite, elle lui répondit à voix basse, évitant de réveiller tout le voisinage :

Tu n'as pas à t'inquiéter de tout ça. Je suis ta supérieure, certes, mais je m'estime déjà très heureuse que vous acceptiez tous plus ou moins facilement la situation. Je craignais que mon jeune âge me pénalise grandement aux côtés des soldats plus expérimentés.


John, en tête, sourit légèrement. Oui, il était vrai que de savoir une femme aussi jeune à la tête de la prestigieuse garde était assez déstabilisaient aux premiers abords. Mais le plus important était qu'elle faisait du bon travail, le reste important finalement assez peu. Ils finirent par atteindre l'embarcadère des Duck-navettes, un petit ponton en bois fendant l'eau noir et glacial du marré. John observa quelques secondes le lointain, se dernier étant caché par la légère brume du marré. Comme pour répondre à la réflexion qu'il était en train de faire mentalement, Kaya lui lança dans son dos :

Il n'y a plus de navette à cette heure, la prochaine est vers minuit… On va être obligé de faire le tour, c'est plus long mais on aura les pieds au sec. Enfin, dans la mesure du possible.


Il se retourna pour voir à temps la femme s'enfoncer dans les buissons du marécage d'un pas agile. John s'élança à sa suite, traversant à son tour l'épaisse végétation. Soudain, sentant ses pieds s'enfoncer dans le sol boueux et froid du marré, il grimaça. Tant pis pour ses chaussures et son pantalon. De toute façon, ils en avaient vu d'autres. De temps à autre, la gradé jetait des oeillades en arrière, s'assurant que le tireur assurait bien la cadence, ce qu'il faisait sans trop de difficulté. Il avait été entrainé dans les marécages par son père, il était habitué au terrain de se dernier. Une vague de souvenirs lui remonta lentement dans la tête, qu'il chassa aussi tôt. Il était en mission, ce n'était pas le moment d'être mélancolique. La jeune femme finit par lui demander, d'une voix plus forte désormais pour passer par dessus le vacarme qu'ils faisaient avec leurs chaussures dans la boue :

Tu es là depuis longtemps ? Dans la garde, j'entends. Tu y étais déjà avant mon arrivée, ça je le sais. Mais tu ne semblais pas connaître personnellement Samuel, donc j'en conclus que tu n'es pas très bien intégré…


Dans sa voix, il reconnu une petite dose de stress, signifiant qu'elle avait un peu peur de se faire jeter violemment. Il se plongea dans ses pensées quelques secondes, tandis que le terrain devenait lentement plus facile à pratiquer. Il était vrai que malgré ses trois ans de service, il ne s'était jamais fait de réels amis dans la garde. Il préférait rester à l'écart, s'enveloppant de son habituel linceul de solitude. Mais, le coupant dans sa rêverie, la jeune femme poursuivit :

Tu n'es pas obligé de répondre, naturellement.


Elle tourna lentement la tête et braqua son regard dans celui du soldat. Il ne détourna pas le sien, lui rendant à son tour son regard pénétrant. Elle continua :

J'ai moi-même l'habitude d'être seule. C'est la première fois que je patrouille avec quelqu'un, donc sois indulgent, s'il-te-plaît. J'ai entendu beaucoup de bien de toi, sur tes aptitudes sur le terrain.


Un sourire se dessina sur la visage de Kaya, puis lentement sur celui de John. Ses aptitudes sur le terrain... Voila au moins une chose que respectait n'importe qu'elle garde en lui. Il continuait d'observer les traits doux du visage de son supérieur, s'imprégnant de chaque détail de cette petite tête aux cheveux opale.

Même si tu restes quelqu'un de plutôt mystérieux en ce qui concerne ton passé, et toute autre chose qui s'y rattache. Je ne te demanderai rien, mais j'écouterai avec plaisir.


Elle se retourna, tandis qu'ils arrivaient lentement au bout du sentier tortueux. Il fronçait les sourcils. Pour une raison qui lui était inconnue, lorsqu'elle lui avait parlé de son passé, l'image d'une cage lui était venue à l'esprit. Comme celle qu'il avait ouverte il y a un an. Comme pour ceux de son père, ils les chassa, cette fois-ci étant tout de même un peu plus troublé. Il était vrai qu'il n'aimait pas parler de son passé, mais à quoi bon en parler ? Il n'avait rien d'extraordinaire... Il finirent par atteindre une route principale, celle-ci étant beaucoup moins boueuse. Il se retint de pousser un petit soupire de soulagement, et épousseta rapidement son grand manteau noir. Derrière eux, la végétation s'était refermée, coupant la vue à tout ce qu'il pouvait y avoir derrière. Kaya brisa alors une nouvelle fois le silence :

Je me rends compte que je n'ai pensé, cette année, qu'à surveiller les frontières et les activités des autres clans, sans même prendre soin des fidèles soldats qui composent nos rangs…


Il sembla hésiter, se triturant une nouvelle fois sa coiffure. John avait assez facilement deviné qu'il s'agissait d'un tic. Quant à son manque d'attachement à ses soldats, il ne pouvait pas lui en tenir rigueur, étant donné qu'il était lui même peu enclin à tisser des liens. Après s'être un peu éclaircit la voix, il lui répondit :

Cela fait un peu plus de trois ans que je suis dans la garde, depuis mes 18 ans exactement. Mais tu as effectivement raison, je n'ai pas beaucoup de proches dans la garde. En même temps, je ne suis pas sûr que les gens aimeraient se lier d'amitié avec un tueur froid et sans remords comme moi.


Il ponctua sa phrase d'un petit rire nerveux. C'était vrai, il était un tueur. Une personne assassinant froidement des cibles sans leur donner aucune chance. Il était vrai qu'il faisait ça sous le couvert de la loi, mais était-ce vraiment une excuse ? Il se frotta les mains, réchauffant un peu ses doigts endoloris par le froid, poursuivant :

Toi non plus tu ne parles pas beaucoup de ton passé, non ? Enfin je veux dire... Toi aussi tu as tes secrets je suppose. Il n'y a pas grand chose à savoir sur moi, je n'ai pas vraiment eu une enfance extraordinaire... J'ai été élevé seul par mon père, avant de rejoindre la garde.


Il lui adressa un petit sourire. Il n'avait pas dit sa première phrase méchamment, mais plus comme une incitation à parler. Il commençait à de plus en plus apprécier la jeune femme aux lèvres carmins et la teinte pâle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ekaterina Carbone
avatar
Chef garde Avienne

Puf : Heaven
Messages : 61
Oz : 8
Date d'inscription : 30/03/2015
Age : 20
Localisation : Dans un abîme trop sombre.

Carnet de bord
Âge du personnage: Dix-neuf hivers.
Animal de l'hybridation: Un Elanion Blanc.
Relations:

MessageSujet: Re: La patrouille nocturne [PV : Ekaterina Carbone]   Lun 20 Avr - 15:27

Patrouille Nocturne

Kaya & Johnny

« Cela fait un peu plus de trois ans que je suis dans la garde, depuis mes 18 ans exactement. Mais tu as effectivement raison, je n'ai pas beaucoup de proches dans la garde. En même temps, je ne suis pas sûr que les gens aimeraient se lier d'amitié avec un tueur froid et sans remords comme moi. »
Un air de franche incompréhension s'ancra sur son visage livide souligné par les pâles rayons lunaires. Elle scruta son interlocuteur quelques secondes durant, avant de reprendre d'un pas vif sur des chemins imaginaires dont elle connaissait les moindres fluctuations.
Elle pouvait l'entendre, marchant dans son dos et écrasant lourdement les branches mortes de ses bottes boueuses. Il poursuivit finalement :

« Toi non plus tu ne parles pas beaucoup de ton passé, non ? Enfin, je veux dire… Toi aussi tu as tes secrets, je suppose. Il n'y a pas grand chose à savoir sur moi, je n'ai pas vraiment eu une enfance extraordinaire… J'ai été élevé seul par mon père, avant de rejoindre la garde. »

La jeune femme demeura silencieuse. Pensive, Ekaterina observait les environs, fouillant les buissons et les branches au-dessus d'eux jusqu'à ce qu'ils prennent des formes connues, jusqu'à ce que les silhouettes étranges que la nuit créaient disparaissent.
De longs frissons se propagea dans son corps lorsque la brise caressait la peau nue de ses bras, que les manches trois-quarts de son chemisier ne protégeait pas. Elle soupira.

« Je ne parle pas de mon passé pour éviter que l'on me prenne en pitié. Sans compter qu'il est mon plus grand échec. »
A ces mots, un sourire las s'installa sur son visage et ne le quitta plus, à mesure que des souvenirs trop douloureux lui revenaient en mémoire. Le sang des siens qui avait été versé. Le feu qui consumait les corps des créatures de son passé.
Personne n'avait été épargné, si ce n'est elle-même.

« Tu m'es plutôt sympathique, même si je ne te connais pas si bien que cela. Je ne doute pas que si tu essayais de te rapprocher de nos collègues tu te ferais très vite des amis. Tu sais, ici, nous sommes tous des tueurs. Enfin, en théorie. »
Sans se retourner vers son compagnon de patrouille, la blanche pointa son index osseux dans une direction, et déclara sobrement :
« Le chemin de ronde est un peu plus loin. Je patrouille habituellement toute la nuit, mais tu pourras rentrer vers deux heures du matin, si tu es fatigué, puisque ton tour s'achève à ce moment. »

Kaya se pressa un peu, jetant des regards acérés autour d'elle. Le vent fouettait son visage en faisant danser ses cheveux blancs qui retombaient parfois sur ses épaules. Elle les avait noué en une natte grossière, d'où s'échappaient de nombreuses mèches rebelles.

« Je ne sais pas ce que tu en dis, mais je comptais continuer à inscrire les soldats par paire, y compris pour les patrouilles. Surtout les nocturnes, puisque quatre yeux sont toujours plus efficaces que deux, plus particulièrement la nuit. » D'un ton qui se voulait détaché, elle ajouta : « Pour ce soir, j'ai choisi moi-même, mais si tu as des préférences pour ton prochain tour de garde, fais-moi signe, je te mettrai avec la personne de ton choix. »

Ses joues prirent une teinte légèrement rosée, bien que la pénombre cachait ce détail aux communs des mortels. Son index vint de nouveau quêter une mèche blanche qui tombait sur sa poitrine discrète et elle l'entortilla jusqu'à former une anglaise parfaite.  


DEV NERD GIRL





Merci Mômoune c::
 


Kaya murmure à l'oreille de ses interlocuteurs avec #CC6699
Retrouve ici sa présentation complète !
Staffienne Décérébrée


Dernière édition par Ekaterina Carbone le Lun 11 Mai - 14:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Surcov

Avien soldat

Puf : Fanrod
Messages : 38
Oz : 33
Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 18

Carnet de bord
Âge du personnage: 21 ans
Animal de l'hybridation: Aigle royale
Relations:

MessageSujet: Re: La patrouille nocturne [PV : Ekaterina Carbone]   Lun 20 Avr - 17:18

Lentement, les formes des maisons se dessinèrent peu à peu dans la pénombre, tandis qu'ils marchaient d'un pas rapide sur la route. Le vent soulevait parfois par rafale le bas de sa veste, caressant lentement ses jambes protégées par le pantalon noir. Il observait de son œil acéré les environs. Il avait appris à distinguer chaque détail, chaque mouvement, grâce à son entraînement au tir de précision, ce dernier exigeant parfois de rester immobile pendant plusieurs heures dans l'attente d'un mouvement. Tout semblait calme. Kaya poussa un soupire et lui lança :

Je ne parle pas de mon passé pour éviter que l'on me prenne en pitié. Sans compter qu'il est mon plus grand échec


Il hocha la tête silencieusement. La jeune capitaine ne voulait pas attirer la pitié de ses soldats ou leur compassion, ce qui était compréhensible. Parfois, il valait mieux enfouir son passé et l'oublier. Elle continua :

Tu m'es plutôt sympathique, même si je ne te connais pas si bien que cela. Je ne doute pas que si tu essayais de te rapprocher de nos collègues tu te ferais très vite des amis. Tu sais, ici, nous sommes tous des tueurs. Enfin, en théorie.


Cette remarque réussit à arracher un sourire au soldat. Oui, c'était vrai. Sauf que lui, il ne laissait pas la possibilité à l'ennemi de se défendre. Il touchait le sol avant de comprendre ce qui venait d'arriver. Il réfléchit à la remarque de la jeune femme. Se faire des amis... C'était presque utopique pour lui. Pendant plus de 20 ans, il avait vécu sans aucun ami, et la seule personne qui lui était proche était son père. Sauf que désormais, il était mort, et John était seul. Il avait appris à ses dépends que ce n'était pas forcément bon pour le mental d'être un solitaire. Kaya pointa du doigt une direction, et instinctivement John mis sa main droite au niveau du pistolet à sa ceinture. Il se détendit lorsqu'il remarqua qu'elle lui indiquait un chemin.

Le chemin de ronde est un peu plus loin. Je patrouille habituellement toute la nuit, mais tu pourras rentrer vers deux heures du matin, si tu es fatigué, puisque ton tour s'achève à ce moment.


Elle s'engouffra dans le chemin de ronde, John sur ses talons. Elle avait accéléré le pas et observait les environs, à l'affût du danger. Ses cheveux étaient lentement soulevés par le vent, retombant dans son dos. John resta pétrifié quelques secondes par cette vision, puis se reprenant rapidement, il continua son observation. Aucun mouvement, aucun bruit. S'en était presque inquiétant, voir oppressant. La capitaine brisa le silence, prenant un ton détaché :

Je ne sais pas ce que tu en dis, mais je comptais continuer à inscrire les soldats par paire, y compris pour les patrouilles. Surtout les nocturnes, puisque quatre yeux sont toujours plus efficaces que deux, plus particulièrement la nuit. Pour ce soir, j'ai choisi moi-même, mais si tu as des préférences pour ton prochain tour de garde, fais-moi signe, je te mettrai avec la personne de ton choix.


Elle attrapa une nouvelle mèche de cheveux et l'entortilla. John commençait à en avoir l'habitude. Il lui répondit à voix basse, amicalement :

Ça me semble une très bonne idée, surtout que la nuit le risque est plus grand. Si tu le souhaites, nous pourrions continuer à patrouiller ensemble. Enfin, ce n'est qu'une id...


Il s'arrêta dans sa phrase, et dans sa marche. A sa droite, il avait vu quelque chose bouger. Un animal peut-être ?... Il ne voulait pas prendre de risque. Il ouvrit rapidement sa veste et en sortit son glock, le pointant dans la direction où il avait repéré le mouvement. D'un signe de la tête, il indiqua le buisson suspect à la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ekaterina Carbone
avatar
Chef garde Avienne

Puf : Heaven
Messages : 61
Oz : 8
Date d'inscription : 30/03/2015
Age : 20
Localisation : Dans un abîme trop sombre.

Carnet de bord
Âge du personnage: Dix-neuf hivers.
Animal de l'hybridation: Un Elanion Blanc.
Relations:

MessageSujet: Re: La patrouille nocturne [PV : Ekaterina Carbone]   Lun 20 Avr - 18:09

Patrouille Nocturne

Kaya & Johnny

Al'instant où Surcov réagissait, Ekaterina avait déjà ses deux prunelles dorées posées sur la haie chargée d'épines. Adressant un signe discret à son partenaire, la jeune femme se glissa silencieusement hors du chemin de ronde. Récupérant prudemment quelques lames de lancer entre ses doigts fins, la blanche s'arrêta finalement à moins d'un mètre de la cible qui poussait des râles étranges.
En apercevant une silhouette dans le buis, Kaya recula légèrement, l'un de ses couteaux acérés vint se ficher à quelques centimètres d'une main humaine. Un cri de stupeur résonna, suivi d'une longue plainte.

« Sortez de là, vous deux. »
Aboya la gardienne, visiblement très mécontente. Sourcils froncés, elle s'était légèrement reculé, adressant un regard désapprobateur aux deux adolescents qui émergeaient des branchages hérissés de griffes menaçantes.
Les deux jeunes rougissaient en rejoignant les patrouilleurs, après qu'Ekaterina ait récupéré son arme qui s'était engouffrée dans le taillis. Elle dévisagea les pêcheurs d'un oeil mauvais, eux qui serraient leurs vêtements entre leurs bras en essayant de faire bonne figure.

« Vos mères sont au courant que vous batifolez dans la forêt au milieu de la nuit ? Vous êtes conscient du danger, non ? »
Grogna-t-elle en triturant le bas de son chemisier. Les jeunes esquissèrent un mouvement de recul, jetant des oeillades désespérées au soldat masculin pour qu'il freine les élans meurtriers de sa supérieure hiérarchique.

« Et si vous aviez été attaqué ? Pire, si vous aviez été tué, ou même blessé par l'un des soldats Aviens, ou même un ennemi. Vous auriez fait quoi, hein ? J'aurai dit quoi à vos mère, moi ? »
Eructa la femme, rouge de colère.
Ses pupilles assassines jetaient des éclairs, et ses mouvements saccadés faisaient voleter négligemment sa crinière d'opale en tous sens, faisant disparaître son allure délicate et juvénile pour quelque chose de plus animal, de plus dangereux.

« Du balais ! » Cracha-t-elle finalement, en pointant la direction d'où ils venaient. « Si vous ne prenez pas la Duck-navette qui passe dans une heure pour rentrer chez vous plus vite que ça, vous allez entendre parler de moi. »

Bien sûr, ils détalèrent sans demander leurs restes. La jeune femme suivait leur silhouette du regard jusqu'à ce qu'ils disparaissent dans la nuit noire. Elle fulminait littéralement.
« Sales morveux. »
Ronchonna Kaya en se retournant lentement vers son compagnon de ronde. Elle lui adressa un signe de tête discret, mal à l'aise. Jamais auparavant la demoiselle ne s'était emporté face à un public, c'était réellement gênant. Se passant négligemment une main dans les cheveux pour les démêler un peu, après que ça natte se soit défaite durant l'action, elle s'excusa.

« Désolée pour le spectacle. Ces gamins sont négligents, la dernière fois un petit groupe s'est accordé une escapade nocturne, l'un d'entre eux est tombé dans le marais et s'est blessé. Depuis, je… » Un froncement de sourcils, elle se dandina d'un pied à l'autre. « Je… psychote un peu. Ils vont dire que j'agis de façon exagérée, mais je préfère qu'ils me détestent en restant entier. »

A bout de souffle et penaude, la jeune femme reprit son chemin, s'enfonçant un peu dans la forêt d'un pas vif. Ils devaient encore achever cette fichue patrouille qui s'annonçait sous des auspices plutôt mauvais. Elle priait juste pour que John n'ait pas été -trop- surpris par ce changement flagrant d'humeur et de comportement de la demoiselle.

DEV NERD GIRL





Merci Mômoune c::
 


Kaya murmure à l'oreille de ses interlocuteurs avec #CC6699
Retrouve ici sa présentation complète !
Staffienne Décérébrée


Dernière édition par Ekaterina Carbone le Lun 11 Mai - 13:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Surcov

Avien soldat

Puf : Fanrod
Messages : 38
Oz : 33
Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 18

Carnet de bord
Âge du personnage: 21 ans
Animal de l'hybridation: Aigle royale
Relations:

MessageSujet: Re: La patrouille nocturne [PV : Ekaterina Carbone]   Lun 20 Avr - 19:55

La jeune femme récupéra quelques couteaux de lancer, puis s'avança lentement vers le buisson, sous l'oeil attentif de John. A peine à un mètre du buisson, elle s'immobilisa, semblant légèrement déstabilisée. Elle recula de quelques pas, puis lança un couteau en direction du buisson. John resserra son emprise sur son fusil, se préparant à tirer. Soudain, un petit cri s'échappa du buisson. Kaya cria :

Sortez de là, vous deux.


Elle semblait particulièrement en colère, les sourcils froncés. Après quelques secondes, deux adolescents au corps dénudé sortirent du buisson. Ils cachaient le plus de partie de peau possible avec leurs habits. John ne cilla pas et se contenta de baisser son arme. La capitaine ramassa son couteau de lancer, planté dans le sol dans le buisson, puis revint vers les deux jeunes adultes :

Vos mères sont au courant que vous batifolez dans la forêt au milieu de la nuit ? Vous êtes conscient du danger, non ?


La jeune femme semblait furibonde. Les deux jeunes gens lancèrent un regard désespéré à John, qui se contenta de les regarder d'un regard dur et désapprobateur.

Et si vous aviez été attaqué ? Pire, si vous aviez été tué, ou même blessé par l'un des soldats Aviens, ou même un ennemi. Vous auriez fait quoi, hein ? J'aurai dit quoi à vos mère, moi ?


Elle était devenu rouge de rage, faisant voler ses cheveux à chaque grand geste de colère qu'elle accomplissait. Pendant ce temps, John déchargea son arme et la rangea à sa ceinture, prenant soin de refermer sa veste. Il lançait quelques oeillades aux adolescents terrifiés. Elle cracha violemment, indiquant une direction du bout de son doigt :

Du balais ! Si vous ne prenez pas la Duck-navette qui passe dans une heure pour rentrer chez vous plus vite que ça, vous allez entendre parler de moi.


Sans plus attendre, ils détalèrent, encore à moitié nus. John les regarda s'éloigner sans un mot, tandis que la jeune femme continuait de fulminer. Elle finit par lâcher :

Sales morveux.


Elle se retourna vers son compagnon, semblant visiblement gênée. Elle lui fit un petit signe de la tête, s'approchant de lui. Elle parla à voix basse, se dandinant d'un pied à l'autre, gênée :

Désolée pour le spectacle. Ces gamins sont négligents, la dernière fois un petit groupe s'est accordé une escapade nocturne, l'un d'entre eux est tombé dans le marais et s'est blessé. Depuis, je… Je… psychote un peu. Ils vont dire que j'agis de façon exagérée, mais je préfère qu'ils me détestent en restant entier.


Il se contenta de lui faire un petit sourire. Elle avait bien fait. Effectivement, il avait lui aussi été énervé, mais avait réussi à garder son calme, surement en parti parce que la femme s'était occupée de l'affaire. Sans plus attendre, elle se remit en route. Il lui courut après pour arriver jusqu'à sa hauteur, puis commença à marcher à son rythme. Il lui souffla :

Tu n'as pas à t'excuser. Tu as bien fait d'engueuler ces gosses, au moins j'espère que la leçon leur ai rentré dans le crâne.


Il émit un petit rire, tentant de mettre à l'aise la garde à ses cotés. Il resta silencieux quelques secondes, le silence n'étant seulement troublé que par leurs bruits de pas. Il reprit :

Tu me parlais de l'affectation des patrouilles... Si tu le désires, je souhaiterais continuer de patrouiller avec toi. Sinon, tu peux m'assigner à qui tu veux, cela m'importe peu.


Il sourit doucement, observant les alentours. Oui, il souhaitait continuer à faire équipe avec cette jeune femme bouillonnante et visiblement... Imprévisible ? A vrai dire, cela lui plaisait. A ses pensée, ses joues se tintèrent de roses pendant une fraction de seconde, mais il reprit rapidement ses esprits. Il devait se concentrer sur sa patrouille et son travail. Rien d'autre. Le reste était inutile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ekaterina Carbone
avatar
Chef garde Avienne

Puf : Heaven
Messages : 61
Oz : 8
Date d'inscription : 30/03/2015
Age : 20
Localisation : Dans un abîme trop sombre.

Carnet de bord
Âge du personnage: Dix-neuf hivers.
Animal de l'hybridation: Un Elanion Blanc.
Relations:

MessageSujet: Re: La patrouille nocturne [PV : Ekaterina Carbone]   Lun 20 Avr - 21:21

Patrouille Nocturne

Kaya & Johnny

« Tu n'as pas à t'excuser. Tu as bien fait d'engueuler ces gosses, au moins j'espère que la leçon leur ai rentré dans le crâne. »
Souffla Surcov, un léger sourire aux lèvres.
Il se mit à rire tout bas, ce qui rasséréna légèrement la jeune femme dont le tremblement cessa soudainement. Un long frisson l'ébranla, malgré le couvert épais des arbres, une brise particulièrement fraîche venait caresser son corps frêle, soulevant légèrement sa chevelure qui retombait, telle une cascade, jusqu'à ses reins dont elle cachait la chute.

« Tu me parlais de l'affectation des patrouilles… Si tu le désires, je souhaiterais continuer de patrouiller avec toi. Sinon, tu peux m'assigner à qui tu veux, cela m'importe peu. »

La jeune femme se retourna sans prévenir, marchant à reculons pour pouvoir fixer son compagnon dans les yeux, fixant ses prunelles dorées dans les magnifiques gouffres gris-bleu de Surcov. Elle lui adressa un sourire lumineux, dévoilant ses canines légèrement plus pointues que celles d'un humain lambda. Ainsi, Ekaterina semblait rajeunir de quelques hivers, redevenant l'adolescente innocente qui s'amusait de tout et de rien. Surtout de rien.
« J'en déduis que tu ne crains plus ton chef. » Le taquina-t-elle d'une voix douce. Le rose s'était emparé de ses joues délicates, où des larmes avaient autrefois tracé des sillons profonds. « Ce serait avec plaisir. Tu es attentif, et rapide pour réagir, ça me plaît ! »

Continuant à marcher dos à la route, les pas de Kaya ne faisaient aucuns sons en rencontrant le chemin défoncé où naissaient de nombreuses brèches créées par le temps particulièrement sec. Elle baissa un instant les yeux vers le sol rocailleux, suivant du regard un entrelacs de veinures sombres. Puis son attention se reporta sur l'autre soldat.

« Tu préfères les patrouilles diurne, ou celles de nuit ? Je t'ai assigné à cette heure sans te demander, peut-être que c'est difficile pour toi d'utiliser tes capacités alors qu'il fait si sombre… A moins que je me trompe ? »
Son ton s'était voulu volontairement très doux, presque un murmure, invitant son interlocuteur à se détendre.
Jetant des coups d'oeil hasardeux dans toutes les directions avec une sorte de curiosité qu'on retrouvait chez les jeunes enfants, la cheftaine paressait plus distraite que concentrée sur son travail. C'était sa manière de fonctionner. Déambuler en laissant son esprit vagabonder. Pourtant, elle était étonnamment efficace en travaillant de cette manière, attrapant aisément les moindres sons, ou même mouvements, qui se produisaient autour de son corps fin.
Pourtant, ses yeux finissaient toujours par se reposer sur la silhouette sombre de son compère, l'observant sans pudeur ni retenue. Cela devait être gênant, d'être ainsi scruter, presque analyser. Mais c'était l'unique manière qu'avait trouvé Kaya pour comprendre les autres êtres humains.

« A la prochaine intersection, nous prendrons à gauche. C'est le chemin qui ramène par une longue boucle vers l'embarcadère. » Elle soupira, puis ajouta d'une voix éteinte. « Si nous avions été sous forme aviaire, nous aurions pu aller beaucoup plus loin pour voir par-delà la forêt, mais en humaine je ne sers pas à grand chose. »
Cette dernière phrase fut prononcée avec un léger rire. Ekaterina préférait vraiment voler plutôt que marcher, activité qui lui demandait de l'énergie qui faisait cruellement défaut à son corps pauvre en réserve de graisse à brûler.

« D'ailleurs, je n'ai pas pensé à t'interroger à ce sujet. Tu es un Transformiste de quel oiseau ? »


DEV NERD GIRL





Merci Mômoune c::
 


Kaya murmure à l'oreille de ses interlocuteurs avec #CC6699
Retrouve ici sa présentation complète !
Staffienne Décérébrée


Dernière édition par Ekaterina Carbone le Lun 11 Mai - 14:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Surcov

Avien soldat

Puf : Fanrod
Messages : 38
Oz : 33
Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 18

Carnet de bord
Âge du personnage: 21 ans
Animal de l'hybridation: Aigle royale
Relations:

MessageSujet: Re: La patrouille nocturne [PV : Ekaterina Carbone]   Lun 20 Avr - 22:11

Soudain, la jeune femme se retourna et commença à marcher en marche arrière. Ainsi, elle ressemblait à une jeune enfant. John ne put s’empêcher de sourire légèrement quelques secondes. Leurs regards se croisèrent alors, troublant légèrement une nouvelle fois John. Elle lui fit un large sourire, découvrant des dents étrangement pointues. Le soldat bloqua quelques secondes sur ce détail étrange, puis la jeune fille le tira de ses pensées :

J'en déduis que tu ne crains plus ton chef. Ce serait avec plaisir. Tu es attentif, et rapide pour réagir, ça me plaît !


Tandis qu’elle parlait, ses joues avait pris une légère tinte rose, que John ne releva cependant pas. Il lui fit un petit sourire en coin. Non, effectivement, il ne craignait plus sa chef. Au contraire, il commençait à la trouver de plus en plus sympathique et intéressante. On devinait en elle qu’elle avait des souvenirs douloureux et enfouis jusqu’au plus profond de son esprit. Tandis qu’elle marchait, John vérifiait qu’elle ne risquait pas de buter sur un objet et de se faire mal en tombant. Elle baissa son regard vers les fissures du sol, dessinées par le manque de pluie actuel. Elle finit par relever les yeux et lança au soldat :

Tu préfères les patrouilles diurne, ou celles de nuit ? Je t'ai assigné à cette heure sans te demander, peut-être que c'est difficile pour toi d'utiliser tes capacités alors qu'il fait si sombre… A moins que je me trompe ?


Elle avait parlé d’une voix infiniment douce qui sembla pénétrer jusqu’à la chair du soldat pourtant si froid et solitaire. Il se contenta alors d’hausser les épaules. Cela importait peu pour lui, étant aussi efficace de jour que de nuit sur le terrain. Tandis qu’elle marchait de cette démarche étrange, elle lançait des coups d’oeil autour d’elle, semblant observer le moindre détail, comme le ferait une enfant. Cependant, son regard finissait toujours par retomber sur John, avant de repartir dans une direction différente. Cela ne le dérangeait pas qu’elle l’observe : il avait prit l’habitude d’être regardé en coin à cause de sa grande taille ou de son appartenance à la garde Avienne. Elle laissa tomber dans un soupire :

A la prochaine intersection, nous prendrons à gauche. C'est le chemin qui ramène par une longue boucle vers l'embarcadère. Si nous avions été sous forme aviaire, nous aurions pu aller beaucoup plus loin pour voir par-delà la forêt, mais en humaine je ne sers pas à grand chose.


Elle ponctua sa phrase d’un rire léger, qui fit venir une nouvelle fois le sourire aux lèvres de John. Non, elle n’était pas inutile en forme humaine, et elle avait pu le démontrer il y avait à peine quelques minutes, lors de la découvertes des deux jeunes adolescent en train de s’amuser dans les fourrées. Elle le questionna alors :

D'ailleurs, je n'ai pas pensé à t'interroger à ce sujet. Tu es un Transformiste de quel oiseau ?


Tandis qu’il marchait, il réajusta la col de sa veste noir, se protégeant un maximum des rafales de vent glaciale. Il finit par lui répondre d’une voix douce :

Je suis à moitié un aigle. Un aigle royal pour être plus précis. Je…


Il ne termina pas sa phrase, car il s’élança en avant. Kaya venait de percuter un rondin de bois sur le milieu de la route, perdant ainsi l’équilibre et basculant en arrière. D’un bond, il la rattrapa et la retint juste à temps avant qu’elle ne touche le sol. C’était le premier contact qu’il avait avec la cheftaine, et le toucher de cette peau blanche et osseuse lui faisait un effet assez bizarre. Il sentait comme des fourmillements dans son ventre, et son esprit était en ébullition. Leurs visages se trouvaient à à peine quelques centimètres l’un de l’autre. Sentant l’écarlate monter rapidement à ses joues, il aida la jeune femme à se relever, puis, époussetant un peu sa veste d’un geste hésitant et gênée, il balbutia d’une voix tremblante et mal assurée :

Tu… Tu ne t’es pas faite mal ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ekaterina Carbone
avatar
Chef garde Avienne

Puf : Heaven
Messages : 61
Oz : 8
Date d'inscription : 30/03/2015
Age : 20
Localisation : Dans un abîme trop sombre.

Carnet de bord
Âge du personnage: Dix-neuf hivers.
Animal de l'hybridation: Un Elanion Blanc.
Relations:

MessageSujet: Re: La patrouille nocturne [PV : Ekaterina Carbone]   Lun 20 Avr - 22:44

Patrouille Nocturne

Kaya & Johnny

Bien sûr, l'inévitable finissait par se produire. Une maladresse qu'Ekaterina traînait désespérément dans son sillage et que, du mieux qu'elle pouvait, tentait de faire disparaître. Mais, chassez le naturel, il revient au galop.
Ses lèvres formèrent vaguement un "O" horrifié lorsqu'elle chuta en arrière, ayant rencontré un obstacle qu'elle n'avait, bien sûr, pas manqué de rencontrer. Quiconque se serait trouvé dans sa situation n'aurait sans doute pas pris le risque de marcher à reculons alors qu'il faisait nuit, et quiconque se serait trouvé là aurait vu la branche qui était tombée sur la route. Mais quiconque, ce n'est pas Kaya.
Sans même prendre la peine de tenter de se rattraper, la cheftaine se laissa simplement tomber, attirée par la pesanteur vers le sol rocailleux. Les yeux clos, elle attendit un choc qui ne se présenta jamais, remplacé par des bras puissants qui la rattrapèrent in-extremis.
Il lui fallut quelques secondes pour réaliser ce qu'il venait de se produire, mais lorsque ses prunelles irisées rencontrèrent une énième fois celle du jeune soldat. Leur réaction à cette situation fut assez spectaculaire. Tout deux piquèrent un fard, et leurs joues devinrent clairement carminées sous les rayons lunaires. Leurs visages, à quelques centimètres l'un de l'autre, coupèrent réellement ce souffle que la demoiselle retenait déjà de peur de la chute.
Elle referma vitement la bouche encore arrondie par la stupeur, et, en tentant de se relever, cogna durement son front contre la mâchoire de son sauveur. Elle jappa de douleur en reculant, imitée par Surcov qui remettait de la distance entre eux.
Le coeur de la jeune cheffe battait à tout rompre dans sa poitrine, menaçant de s'échapper par ses lèvres si elle avait le malheur de les entrouvrir. Ses pupilles s'agitaient en tout sens, en refusant obstinément de se fixer sur son interlocuteur pour la première fois depuis qu'ils s'étaient rencontré.

« Tu… Tu ne t'es pas fait mal ? »

La jeune femme gardait le silence. Pas par volonté, mais bien par obligation. Sa gorge encore nouée par les événements et son souffle saccadé l'empêchaient de penser de manière rationnelle. Elle épousseta à son tour son jean crasseux par la boue qui avait séchée. Elle gratta l'une des croutes terreuses qui s'était formée sur la toile noire de son pantalon, observant ses bottes devenues soudainement très intéressantes. A deux reprises, Ekaterina ouvrit et ferma la bouche, sans qu'aucun mot ne s'en échappe.
« Non… Non ! Je vais bien, merci. »
S'exclama-t-elle vivement, d'une voix légèrement suraiguë. Le rouge de ses joues refusaient de s'atténuer, à la mesure de sa gêne, d'ailleurs.
« Je suis désolée. Je suis maladroite, vraiment… »

Une légère grimace tordit ses lèvres, suivie d'un sourire pâle, presque timide. John devait la prendre pour folle, elle qui changeait si facilement de visage. Tantôt neutre, presque directive, tantôt colérique, puis finalement complètement puérile.
Glissant un coup d'oeil dans la direction de l'homme à la chevelure de jais, elle tenta une diversion pour éloigner le silence malaisé qui s'était installé.

« Un aigle royal, donc ? C'est un bel oiseau. »
Chuchota-t-elle, en laissant son regard se promener sur les environs. Au moins ne s'était-elle humiliée que devant un seul de ses soldats. C'était plutôt douloureux de penser qu'elle s'était sans doute déjà décrédibilisée aux yeux du jeune avien. Elle soupira, il était déjà difficile de se faire respecter à cause de son jeune âge, si en plus on alliait cela à sa fâcheuse tendance à se mettre dans le pétrin… Elle n'était pas faite pour ce boulot. Définitivement.


DEV NERD GIRL





Merci Mômoune c::
 


Kaya murmure à l'oreille de ses interlocuteurs avec #CC6699
Retrouve ici sa présentation complète !
Staffienne Décérébrée


Dernière édition par Ekaterina Carbone le Lun 11 Mai - 14:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Surcov

Avien soldat

Puf : Fanrod
Messages : 38
Oz : 33
Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 18

Carnet de bord
Âge du personnage: 21 ans
Animal de l'hybridation: Aigle royale
Relations:

MessageSujet: Re: La patrouille nocturne [PV : Ekaterina Carbone]   Lun 20 Avr - 23:39

Il osa finalement jeter un coup d'oeil à la jeune femme, qui semblait tout aussi gênée que lui. Elle fixait ses bottes, n'osant pas relever la tête. Elle ouvrit la bouche une fois, deux fois, puis finalement réussit à trouver le courage de prononcer quelques mots, d'une voix un peu aiguë du à la gêne, et ses joues toujours roses. Celles de John refusaient également de retrouver leur teinte habituel :

Je suis désolée. Je suis maladroite, vraiment…


Elle releva la tête, grimaçant légèrement, puis lui afficha un petit sourire timide. John lui rendit le même, tentant au passage de s'éclaircir la voix, ainsi que ses idées. Elle finit par glisser un oeil dans sa direction, puis changea rapidement de sujet, au grand soulagement de John :

Un aigle royal, donc ? C'est un bel oiseau.


Il déglutit, retrouvant lentement mes surement ses esprits. Il hocha la tête, réajustant avec attention la sangle de son fusil, cherchant à récupérer un tant soit peut de constance. Après une dizaine de secondes, il réussit à retrouver une voix à peu près normal, puis lui répondit :

Merci. C'est surtout efficace en cas de reconnaissance ou... Si on a besoin de rejoindre discrètement la citadelle humaine, pour une mission par exemple.


Il fit une pause, puis s'autorisa un petit sourire à la jeune femme, avant d'observer les environs en quête d'observateurs indiscrets. Personne. John vérifia que son pistolet et son couteau était bien toujours en place, et lui demanda alors :

Et toi ? En quel oiseau te changes-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ekaterina Carbone
avatar
Chef garde Avienne

Puf : Heaven
Messages : 61
Oz : 8
Date d'inscription : 30/03/2015
Age : 20
Localisation : Dans un abîme trop sombre.

Carnet de bord
Âge du personnage: Dix-neuf hivers.
Animal de l'hybridation: Un Elanion Blanc.
Relations:

MessageSujet: Re: La patrouille nocturne [PV : Ekaterina Carbone]   Mar 21 Avr - 0:33

Patrouille Nocturne

Kaya & Johnny

Ekaterina perdit un instant son regard dans le pan de ciel qu'ils discernaient à travers les feuillages sombres. Quelques étoiles brillaient magnifiquement, prenant alors des teintes semblables aux prunelles de celle qui les observait.

« Et toi ? En quel oiseau te changes-tu ? »

Kaya reporta son attention sur son soldat, un sourire serein aux lèvres. Ses joues demeuraient rosées, et une énième fois, elle entortilla une mèche très fine de cheveux blancs autour de son doigt.

« Elanion Blanc. Je doute que tu connaisses cet oiseau, il n'est pas rare, mais difficile à observer à l'état naturel. »
Murmura-t-elle en lui adressant un clin d'oeil malicieux.
Reprenant la marche en contournant l'obstacle, elle eut néanmoins un geste des plus puérils en atteignant le rondin. Elle lui tira tout bonnement la langue, les poings sur les hanches.

« Je te laisserai peut-être voir ma forme aviaire, à l'occasion. »
Susurra-t-elle sans se retourner.
Légère, quoiqu'elle-même mal à l'aise par ses propres mots, la jeune femme se mit à sautiller en marchant, quitte à risquer un nouvel accident. Lorsqu'elle sortit son téléphone de la poche arrière de son jean, Ekaterina remarqua qu'il serait minuit dans un quart d'heure, et qu'il leur faudrait se dépêcher s'ils ne voulaient pas être forcé d'attendre la prochaine navette, ou réemprunté le chemin boueux pour rentrer. D'autant qu'ils devaient encore tourner dans la ville, pour s'assurer que les adolescents aux hormones débordantes ne faisaient pas le mur, et que tout était sécurisé.
Le jeune femme soupira en s'étirant, allongeant ses bras fins au-dessus de sa tête en poussant un gémissement qui ressemblait étrangement au hululement d'une chouette. C'était l'un de ses talents particuliers.
Les Elanions n'avaient pas sons propres à cette espèce, ils ne faisaient qu'imiter les autres oiseaux aux langages complexes et variés. Pourtant, bien que ce ne soit pas leurs dialectes, les prédateurs tricolores excellaient aux divers exercices de vocalises et finissaient par devenir plus doués que les fondateurs de la langue eux-mêmes.
A quelques pas de là, un oiseau nocturne lui répondit par un murmure grave. Elle sourit en jetant un regard dans la direction de l'animal.

« Y a-t'il quelque chose que tu aimes faire lors de ton temps libre ? »
Interrogea soudainement la cheftaine, plutôt enjouée, en continuant de sautiller doucement sur le chemin de ronde. En se déplaçant ainsi, on pourrait penser qu'elle dansait, un sourire flottant sur ses lèvres dont elle avait chassé le rouge d'un revers de manche.

DEV NERD GIRL





Merci Mômoune c::
 


Kaya murmure à l'oreille de ses interlocuteurs avec #CC6699
Retrouve ici sa présentation complète !
Staffienne Décérébrée


Dernière édition par Ekaterina Carbone le Lun 11 Mai - 14:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Surcov

Avien soldat

Puf : Fanrod
Messages : 38
Oz : 33
Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 18

Carnet de bord
Âge du personnage: 21 ans
Animal de l'hybridation: Aigle royale
Relations:

MessageSujet: Re: La patrouille nocturne [PV : Ekaterina Carbone]   Mar 21 Avr - 7:00

Elle finit par de nouveau le regarder, lui adressant un petit sourire de béatitude, recommençant encore une fois à enrouler une mèche de ses cheveux autour de ses doigts. Elle lui murmura :

Elanion Blanc. Je doute que tu connaisses cet oiseau, il n'est pas rare, mais difficile à observer à l'état naturel.


Elle lui adressa un petit clin d'oeil, auquel le soldat répondit par un sourire. Elle se retourna et s'avança vers le rondin. Arrivé à sa hauteur, elle s'arrêta, puis, mettant ses poings sur ses hanches, elle lui tira la langue, sous le large sourire amusé de John. Elle le contourna et reprit sa route, talonné par le grand homme noir. Elle lui susurra doucement, sans se retourner :

Je te laisserai peut-être voir ma forme aviaire, à l'occasion.


Il hocha la tête. Ce serait avec plaisir. Pouvoir observer un oiseau aussi rare à voir d'aussi près grâce à leurs... Talents mutuels, c'était vraiment super. Soudain, la jeune femme fit un geste qui surprit le jeune homme. Elle commença à sautiller, toute joyeuse. Ce n'était pas vraiment une attitude militaire, mais il fallait avouer que c'était assez drôle à regarder. A chaque saut, ses cheveux dansaient dans son dos, envoutants. Elle tira alors de sa poche arrière un petit téléphone, puis le rangea, soupirant en s'étirant de tout son long, poussant un petit bruit semblable au cri d'une chouette. Au loin, au grand amusement de l'homme, un oiseau lui répondit d'un nouveau cri,. John se frotta une nouvelle fois ses mains engourdies, avant de finalement se décider à les ranger dans les poches de sa veste, là où elles se trouveraient bien au chaud. Observant la direction du cri, la capitaine lui demanda alors, ayant retrouvé sa gaieté :

Y a-t'il quelque chose que tu aimes faire lors de ton temps libre ?


Il cligna des yeux. Son temps libre ? Il faut dire qu'il en avait assez peu, entre ses tours de garde et ses entraînement. Mais, il en avait tout de même un peu parfois, même si cela était assez rare. Il se plongea dans ses pensées, puis répondit, réfléchissant :

Et bien... Il est vrai que je n'en ai que très peu... Mais quand cela m'arrive, soit je vais me balader en forme d'aigle, soit je vais au stand de tir m'entrainer un peu.


Il prononça cette dernière phrase avec un sourire, pensant aux dizaines d'heures qu'il avait passé à s'entrainer avec son fidèle fusil de chasse sur les cibles du champs de tir. Il avança rapidement, jusqu'à se retrouver à marcher à coté d'elle, puis lui demanda d'une voix ragaillardie :

Et toi ? Qu'est-ce que tu fais quand tu as du temps devant toi ?


Il se tourna vers elle et lui fit partager son sourire, avant de scruter une nouvelle fois les environs à la recherche d'intrus dans le paysage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ekaterina Carbone
avatar
Chef garde Avienne

Puf : Heaven
Messages : 61
Oz : 8
Date d'inscription : 30/03/2015
Age : 20
Localisation : Dans un abîme trop sombre.

Carnet de bord
Âge du personnage: Dix-neuf hivers.
Animal de l'hybridation: Un Elanion Blanc.
Relations:

MessageSujet: Re: La patrouille nocturne [PV : Ekaterina Carbone]   Mar 21 Avr - 17:35


La Patrouille Nocturne…

PV Kaya & John.




« Et bien… Il est vrai que je n'en ai que très peu… Mais quand cela m'arrive, soit je vais me balader en forme d'aigle, soit je vais au stand de tir m'entraîner un peu. »

Ekaterina s'immobilisa brusquement, le regard perdu dans le vide. Aigle. Aigle… Ses dents mâchonnèrent distraitement sa lèvre inférieure qu'elle aspirait doucement. Des pensées tentaient de mûrir dans son crâne douloureux, ramenant des souvenirs qui s'étaient brouillés avec le temps. Cette cage aux barreaux dorés, déposée dans cette chambre spacieuse. Le visage d'une humaine qui se penchait pour déposer des graines, des baies et même des morceaux de viande dans une gamelle sculptée de chérubins.
Puis, dans le silence de ces journées interminables, il y avait eu un oiseau de proie qui avait émergé d'une fenêtre ouverte.
Elle l'avait observé dans l'ombre des rideaux qui, sous l'effet du vent, voletaient et drapaient sa vue d'un voile occultant. Les prunelles de Kaya touchaient ce corps recouvert de plumes fauves, les larmes continuaient de dévaler de ses yeux injectés de sang.
Le son d'un verrou que l'on fait sauter. L'Elanion était libre, désormais.

Le coupant sans même prendre le temps de répondre à sa question, la demoiselle l'attrapa fermement par le bras et le força à pivoter dans sa direction jusqu'à ce que son regard mordoré se fixe dans ses pupilles bleutées.
« Tu as déjà été à Euphésia ? Il y a un plus plus d'un an, à peu près ? »

Sa voix tremblait, Kaya ne contrôlait plus les secousses discrètes qui s'étaient emparées de son corps malingre. Elle l'observait rudement, sans aucune trace d'empathie ou de chaleur. C'était seulement un regard de prédatrice, celui qui cherchait les failles de ses interlocuteurs pour être en mesure de les placer dans les deux catégories où elle rassemblait chaque individu. Les amis et les ennemis.
A cet instant, ce n'était pas la douce Ekaterina qui s'exprimait, mais l'impitoyable Carbone qui s'était installée confortablement sur son trône de Cheffe de la Garde Avienne.

Cet état dura moins d'une minute durant lesquelles la blanche scruta la moindre parcelle du corps de son jeune soldat, imprimant chaque détail dans sa mémoire défaillante. Puis, lentement, la demoiselle parvint à se reprendre, son sang humain retrouvant l'ascendant sur le sang animal qui dictait ses gestes avec violence et fermeté.
Plus doucement, la cheftaine répondit néanmoins à la question de Surcov, bien que sa voix demeure plus grave qu'à l'accoutumée. Ce même ton qu'elle utilisait pour parler à ses propres supérieurs, ou bien dicter des ordres à son armée.

« Je n'ai pas de temps libre. Je l'emploi à faire des patrouilles sur de plus longues distances, jusqu'aux frontières d'Utopia. Le reste du temps, je dors ou je mange pour récupérer. »

Cette pensée la fit légèrement rougir. De cette façon, elle venait de dévoiler qu'elle n'avait aucune vie sociale, ni même aucune occupation. Ce qui était la stricte vérité, puisque l'oiseau vivait pour voler et pour servir les intérêts de son clan d'adoption.




Merci Mômoune c::
 


Kaya murmure à l'oreille de ses interlocuteurs avec #CC6699
Retrouve ici sa présentation complète !
Staffienne Décérébrée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Surcov

Avien soldat

Puf : Fanrod
Messages : 38
Oz : 33
Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 18

Carnet de bord
Âge du personnage: 21 ans
Animal de l'hybridation: Aigle royale
Relations:

MessageSujet: Re: La patrouille nocturne [PV : Ekaterina Carbone]   Mar 21 Avr - 18:13

Soudain, la jeune femme s'immobilisa sur la route, plongée dans ses pensées. John s'arrêta à son tour, lui faisant toujours dos, observant les environs à la recherche d'un quelconque ennemi. Puis, une main ferme lui attrapa soudainement le bras et le fit pivoter violemment. Il se retrouva face au regard doré de sa capitaine, semblant lui lancer des éclairs. Elle lui demanda d'une voix tremblante, son corps traversés de quelques secousses par moment :

Tu as déjà été à Euphésia ? Il y a un plus plus d'un an, à peu près ?


Le soldat, encore surpris par la réaction soudaine de la femme, ouvrit et ferma la bouche, n'arrivant pas à parler. Kaya l'observait méticuleusement, une rage sourde semblant s'être emparé d'elle. Elle avait fini par le lâcher, toujours bouillonnante. John ne répondit pas, choqué mais surtout surpris par ce qu'elle lui demandait. Comment était-elle au courant de sa mission là-bas ? Personne n'avait été informé, mis à part son père. Et, même si elle ne le savait pas, pourquoi voulait-elle le savoir ? Avait-il fait une erreur en se rendant sur le second continent ? Après quelques temps, elle sembla reprendre son calme, reprenant son expression habituel. Cela faisait presque peur à voir de la voir changer d'état aussi rapidement. Cela la rendait imprévisible. Elle lui répondit sur un ton militaire, semblant oublier toutes les paroles qu'ils avaient échangé jusqu'ici :

Je n'ai pas de temps libre. Je l'emploi à faire des patrouilles sur de plus longues distances, jusqu'aux frontières d'Utopia. Le reste du temps, je dors ou je mange pour récupérer.


John déglutit et hocha la tête, redevenant calme. Il recula tout de même d'un pas, puis répondit d'une voix encore un peu hésitante :

Et bien... Oui, j'y suis allé pour récupérer un objet chez une femme humaine... Mais, pourquoi veux-tu savoir cela ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ekaterina Carbone
avatar
Chef garde Avienne

Puf : Heaven
Messages : 61
Oz : 8
Date d'inscription : 30/03/2015
Age : 20
Localisation : Dans un abîme trop sombre.

Carnet de bord
Âge du personnage: Dix-neuf hivers.
Animal de l'hybridation: Un Elanion Blanc.
Relations:

MessageSujet: Re: La patrouille nocturne [PV : Ekaterina Carbone]   Mer 22 Avr - 15:28


La Patrouille Nocturne…

PV Kaya & John.




« Et bien… Oui, j'y suis allé pour récupérer un objet chez une femme humaine… Mais, pourquoi veux-tu savoir cela ? »

Ekaterina cessa de respirer, ses yeux s'embuèrent de larmes qu'elle tenta, en vain, de chasser. Elle chercha ses mots quelques instants, avant de renoncer et de se remettre en route d'un pas haché, elle courrait presque. Elle fuyait.
Elle garda le silence pendant un long moment, s'appliquant à marcher droit sur le chemin cahoté qui les ramenait vers la ville. Elle ne s'intéressait plus à Surcov, et se fichait de savoir s'il suivait ou pas.
Kaya était plongée dans ses souvenirs violents, ponctués de coups qui pleuvaient sur son corps jusqu'à ce qu'elle accepte de chanter de sa voix brisée par les sanglots. Des souvenirs dans lesquels la cheftaine était faible.
Il était minuit lorsqu'elle se décida à répondre, assise au bord du ponton où accosterait la Duck-navette d'un moment à l'autre. Les adolescents étaient là, assis un peu plus loin, là où leurs oreilles trainantes ne risquaient pas d'entendre les confidences de la blanche.

« Tu y as libéré quelqu'un, pas vrai ? »
Interrogeait-elle, les lèvres pincées jusqu'au sang.
Ses pupilles ne quittaient pas la surface aqueuse qui clapotait sous ses pieds, de petites vagues léchant les semelles de ses bottes en cuir.
« Merci. »
Balbutia l'avienne, sans se retourner pour autant.

HRP:
 




Merci Mômoune c::
 


Kaya murmure à l'oreille de ses interlocuteurs avec #CC6699
Retrouve ici sa présentation complète !
Staffienne Décérébrée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Surcov

Avien soldat

Puf : Fanrod
Messages : 38
Oz : 33
Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 18

Carnet de bord
Âge du personnage: 21 ans
Animal de l'hybridation: Aigle royale
Relations:

MessageSujet: Re: La patrouille nocturne [PV : Ekaterina Carbone]   Mer 22 Avr - 16:54

Soudain, la femme sembla arrêter de respirer, et ses yeux se voilèrent peu à peu de larmes. Elle tenta de parler, sans y parvenir, puis fit volte face et se remit en route d'un pas très rapide. John resta paralysé quelques secondes de stupeur face à la réaction de la jeune femme, la laissant le distancer de quelques mètres. Il finit par réajuster sa veste, puis courra pour arriver jusqu'à sa hauteur. Il se cala sur sa vitesse et la suivit dans un mot. Elle semblait l'ignorer, ne disant pas un seul mot, se contentant de regarder droit devant soit et d'avancer. John lançait des regards autour d'eux, continuant de s'appliquer à trouver des intrus. Ce n'était  visiblement pas le bon moment pour parler avec elle. Elle avait besoin de se calmer, pour une raison qui lui était encore obscure... Pourtant, des questions continuaient de trotter dans sa tête : comment savait elle cela ? Avait il fait une erreur en s'y rendant ? Et surtout, pourquoi avait elle réagit ainsi à sa réponse ? Pendant un très long moment, le bruit autour d'eux n'était troublé que par le bruit pressé des deux gardes, silencieux. Ils finirent finalement par se retrouver près de l'embarcadère des Duck-navette, là où attendaient déjà les deux adolescents. Ils leur jetèrent un regard effrayé, auquel John se contenta de répondre d'un sourire. Kaya avança jusqu'au bout du pont de bois, s'asseyant au bord de ce dernier, les pieds au dessus de l'eau. John resta à quelques pas derrière elle, silencieux, les bras croisés et observant les environs. Les deux jeunes adultes s'étaient éloigné un peu, sûrement pour pouvoir discuter tranquillement. Soudain, la voix de la capitaine perça la nuit, légèrement tremblante :

Tu y as libéré quelqu'un, pas vrai ?


John retint son souffle. Il tourna la tête vers la jeune femme, fixant toujours l'eau sombre et mouvementée. Le monde réel laissa place au souvenir. Ces pleurs dans la cage, cette voix si douce semblant souffrir comme personne ne devrait souffrir ainsi. Lentement, les yeux de John s'écarquillèrent, se rendant compte d'un détail qu'il n'avait pas remarqué jusqu'alors. Cette voix. Cette voix, désormais il l'a reconnaissait. C'était celle de Kaya. Celle ci souffla :

Merci.


John la regarda assise sur le sol en bois pendant quelques secondes, puis, dans un élan, il s'assit à cote d'elle, silencieux. Après quelques secondes, fixant toujours l'eau agitée par le vent de plus en plus glaciale de la nuit, il murmura :

Alors c'était toi la personne enfermée dans cette cage ?...


Il déglutit difficilement. Son passé semblait le poursuivre partout où il allait, quoi qu'il face. Voulant la rassurer un peu et la protéger de l'air de plus en plus froid, il retira sa longue veste noire et la déposa sur les épaules frêles de la jeune femme, sans un mot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ekaterina Carbone
avatar
Chef garde Avienne

Puf : Heaven
Messages : 61
Oz : 8
Date d'inscription : 30/03/2015
Age : 20
Localisation : Dans un abîme trop sombre.

Carnet de bord
Âge du personnage: Dix-neuf hivers.
Animal de l'hybridation: Un Elanion Blanc.
Relations:

MessageSujet: Re: La patrouille nocturne [PV : Ekaterina Carbone]   Sam 25 Avr - 13:22


La Patrouille Nocturne…

PV Kaya & John.




Ekaterina n'ajoutait plus rien, se plongeant dans un silence mutique. Reconnaître ses faiblesses était terrifiant, encore plus depuis qu'elle avait été hissée au rang de Chef. Que penseraient les siens s'ils savaient qu'elle avait été retenue captive pendant si longtemps ? La blanche ne pourrait plus les regarder dans les yeux, s'ils l'apprenaient.
Son regard frôla la silhouette qui s'asseyait à ses côtés, sans un mot. Brusquement, un murmure émergea du silence pesant qui s'était installé entre eux, et la jeune femme acheva de se fermer comme une huître.
« Alors c'était toi, la personne enfermée dans cette cage ?… »
Kaya ne répondit pas. Elle ne le ferait pas, parce que c'était une évidence qu'il énumérait. Certes, c'était une question qu'il posait, sans doute parce qu'il craignait la réponse autant qu'elle, mais la prédatrice ne le reconnaîtrait pas. Elle n'accepterait pas que quiconque ait conscience que, elle aussi, a des faiblesses.
Sans crier gare, John déposa sa longue veste noire sur les épaules frêles de sa supérieure, la prenant au dépourvu. Une nouvelle fois, Ekaterina piqua un fard, jetant néanmoins un regard reconnaissant au jeune homme.
Ses bras fins ramenèrent ses genoux contre sa poitrine en position foetale, lui conférant un aspect étonnamment vulnérable.
« Merci. »
Répétait-elle, franchement mal à l'aise.
Ekaterina n'était plus habituée à ces élans protecteurs, ayant toujours pris soin d'elle-même sans l'aide de quiconque depuis l'extermination de sa famille.
Les minutes passèrent à un rythme si lent que c'en était effrayant. La jeune Avienne ne savait plus vraiment où donner de la tête, gardant son regard obstinément ancré sur la surface aqueuse qui clapotait, émettant ce petit bruit de succion.
La fille aux cheveux blancs se retourna lentement vers son interlocuteur, puis vers les adolescents qui se tenaient chaud l'un l'autre. Lentement, sa tête ornée d'une couronne brillante de filaments blêmes rencontra l'épaule de John. Un soupir s'échappa d'entre ses lèvres dont elle avait viré son rouge à lèvres.
« Je suis fatiguée… »
Se plaignit Ekaterina, en rougissant dans la pénombre.





Merci Mômoune c::
 


Kaya murmure à l'oreille de ses interlocuteurs avec #CC6699
Retrouve ici sa présentation complète !
Staffienne Décérébrée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Surcov

Avien soldat

Puf : Fanrod
Messages : 38
Oz : 33
Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 18

Carnet de bord
Âge du personnage: 21 ans
Animal de l'hybridation: Aigle royale
Relations:

MessageSujet: Re: La patrouille nocturne [PV : Ekaterina Carbone]   Sam 25 Avr - 21:10

Une nouvelle fois, elle rougit violemment. John fit mine de ne pas la voir, fixant l'eau s'écrasant en vagues sur les piliers du ponton. Elle lui jeta un regard reconnaissant, puis replia ses jambes auprès d'elle, les serrant avec ses mains. Ce geste fit légèrement sourire le militaire, qui s'assit à son tour en tailleur. Elle murmura, d'une voix mal à l'aise :

Merci.


John ne répondit pas, se contentant de lui afficher un nouveau sourire. Puis, il se remit à fixer l'eau, silencieux. Lentement, les minutes s'écoulèrent, et elles semblèrent durer des heures pour le tireur d'élite. Parfois, le silence était brisé par les voix lointaine des adolescent, et par le bruit des mains de John frottant ses bras pour les réchauffer de l'air froid du marée. Il continuait de fixer l'horizon, attendant de voir un bec de canard traverser la brume. Un mouvement à sa gauche lui indiqua que Kaya avait tourné la tête pour observer les adolescents, avant de reprendre sa position initiale. Puis, une trentaine de secondes plus tard, il sentit un petit poids se poser sur son épaule et de longs cheveux lui chatouiller le bras. Il rougit avec une extrême violence, tournant la tête vers le jeune fille qui avait déposé la sienne sur son épaule. Elle chuchota, devenant elle aussi un peu rouge :

Je suis fatiguée…


John lança un regard à la montre accrochée à son bras droit. Il leur restait cinq minutes avant que la Duck-navette arrive. Pourtant, il aurait aimé que ce moment dur beaucoup plus longtemps. Il aimait sentir le contact des cheveux de la capitaine sur son bras, et le petit poids rassurant de sa tête sur son épaule. Pour la première fois depuis de longs mois de solitude, il se sentait bien. D'un geste hésitant, il posa sa main sur l'épaule de la jeune fille la plus éloignée de lui, l'étreignant légèrement d'une main. Il se lécha les lèvres, la gorge un peu sèche, puis il lui répondit d'une voix apaisante :

La navette ne devrait pas tarder à arriver. Après cela, tu pourras aller te reposer à la caserne.


Il eut un petit pincement au coeur en pensant que ce moment privilégié avec la cheftaine était fini. Il allait bientôt de nouveau être seul. Retrouver la solitude qui l'accompagne depuis des mois déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ekaterina Carbone
avatar
Chef garde Avienne

Puf : Heaven
Messages : 61
Oz : 8
Date d'inscription : 30/03/2015
Age : 20
Localisation : Dans un abîme trop sombre.

Carnet de bord
Âge du personnage: Dix-neuf hivers.
Animal de l'hybridation: Un Elanion Blanc.
Relations:

MessageSujet: Re: La patrouille nocturne [PV : Ekaterina Carbone]   Sam 2 Mai - 18:56

La Patrouille Nocturne
Kaya & John
Kaya était faible.
Son instinct hurlait silencieusement à ses tempes, la sommant de retrouver son air impénétrable. Son sérieux. Mais c'était définitivement impossible. Ses paupières tombaient lourdement, et son souffle chaud ralentissait jusqu'à devenir lent et régulier. Pourtant, elle ne dormait pas.
Ses lèvres formèrent des protestations muettes lorsqu'un bras puissant entoura ses épaules frêles et étroites, mais elle conserva le silence encore un peu. Sa crinière voletait, soulevée par la brise froide, et Ekaterina frémissait sous ces assauts qui gelaient son corps trop maigre.

« La navette ne devrait pas tarder à arriver. Après cela, tu pourras aller te reposer à la caserne.
Non, j'ai encore une ronde à faire, plus loin. J'irai me coucher après une nouvelle promenade de santé. Toi, par contre, ton travail s'achève dès que nous aurons atteint le QG. »

La jeune femme ponctua cette déclaration d'un sourire doux, étonnamment tendre et chaleureux. Elle frotta délicatement son front blanc contre l'épaule du soldat en bâillant, puis se releva sans entrain, regrettant déjà l'étreinte de Surcov.
La navette avançait péniblement dans la pénombre, creusant des vagues dans les eaux troubles du marais. Elle tendit la main à John.
« J'espère que tu es toujours partant pour passer la plupart de tes nuits à mes côtés, John. Puisque tu connais l'un de mes secrets, je ne compte plus te lâcher de si tôt. »
Son ton malicieux, appuyé par la teinte rosée de ses joues de poupée, s'était voulu taquin et amical. Elle commençait à franchement apprécier le jeune homme qui, bien qu'il se voulait détaché et particulièrement stoïque, avait révélé quelques aspects intéressants de sa personnalité.
Ekaterina comptait bien le revoir incessamment sous peu, avec pour projet de découvrir quelque uns de ces secrets qu'il conservait à l'abris. Un nouveau sourire fleurissait sur ses lèvres bleuies par la sécheresse du vent lorsque la Duck-Navette accostait enfin au ponton. La cheftaine adressa un signe distrait de la main aux adolescents qui s'approchaient timidement, les mains liées l'une à l'autre. Elle les laissa grimper en premier, avant de s'engouffrer elle-même sur le dos de la bête ailée, puis faisant de la place pour Surcov.
Ses doigts lissèrent délicatement les plumes blanches du canard géant, avant de finalement ramener ses genoux contre sa poitrine en les entourant de ses bras délicats. La fatigue coulait peu à peu sur son corps à peine sorti de l'adolescence, retrouvant cet air de vulnérabilité passagère qui n'était qu'un mensonge. Sous cette expression douce se cachait une bête dangereuse, ponctuée de violence et de craintes inavouées.

Le trajet dura quelques minutes, peut-être une dizaine, avant qu'ils ne touchent enfin terre. Kaya sauta sur ses jambes délicatement galbées, se dépêchant de rejoindre les berges sécuritaires, en proie au malaise. Les eaux sinueuses représentaient une menace directe pour la demoiselle, qui n'avait jamais appris à nager. Voler était bien suffisant, à ses yeux, et l'eau n'était bonne qu'à être utilisée dans une baignoire, où ses yeux percevaient le fond, et qu'aucun poisson ne s'y promenait.
Elle attendit patiemment que John l'ait rejointe pour se remettre en route, arborant toujours un sourire doux et une posture calme.
« Dépêche-toi de descendre, Johnny. »




Merci Mômoune c::
 


Kaya murmure à l'oreille de ses interlocuteurs avec #CC6699
Retrouve ici sa présentation complète !
Staffienne Décérébrée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Surcov

Avien soldat

Puf : Fanrod
Messages : 38
Oz : 33
Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 18

Carnet de bord
Âge du personnage: 21 ans
Animal de l'hybridation: Aigle royale
Relations:

MessageSujet: Re: La patrouille nocturne [PV : Ekaterina Carbone]   Dim 10 Mai - 20:50

Non, j'ai encore une ronde à faire, plus loin. J'irai me coucher après une nouvelle promenade de santé. Toi, par contre, ton travail s'achève dès que nous aurons atteint le QG.

Il s'apprêtait à protester, vu l'état de fatigue avancé dans lequel était son capitaine, mais se renfrogna en voyant le sourire doux qu'elle lui adressait. Après tout, il n'avait pas d'ordre à donner ou de protestations à élever à son chef. Elle frotta doucement son front contre l'épaule du soldat, baillant, puis se releva mollement. John observait déjà la navette qui avait pointé son bec dans le brouillard, énorme monstre canardesque sur l'eau noire et glacée. Ça aurait fait une parfaite scène de film d'horreur, mais, pour les transformistes comme eux, un spectacle comme celui-là était normal. Elle lui tendit alors la main, lançant d'un ton malicieux :

J'espère que tu es toujours partant pour passer la plupart de tes nuits à mes côtés, John. Puisque tu connais l'un de mes secrets, je ne compte plus te lâcher de si tôt.

Il laissa échapper un sourire de sa teinte livide, puis attrapa la main qu'elle lui tendait, s'aidant de cette dernière pour se relever. Il essuya rapidement sa veste afin d'en chasser les quelques saletés qui avaient pu s’accumuler sur cette dernière. Il recula un peu lorsque le canard gigantesque se parqua devant le ponton, docile et fidèle à son poste. Le soldat ramassa son fusil, qu’il avait déposé sur le sol, puis le passa en bandoulière, tandis que Kaya faisait signe aux adolescents de s’approcher. Ils les dépassèrent, les mains liées, montant sur l’incroyable volatile. Puis vint le tour de l’officier, qui s’installa confortablement sur le dos de la bête, laissant un peu de place pour le tireur. John s’avança alors à son tour, grimpant rapidement et avec aisance sur le dos du transport, s’installant à coté de la jeune femme. Puis, lentement, le navire animalier se mis en branle, laissant derrière lui le ponton, s’engouffrant dans la brume. John ne disait rien. Il était assis en tailleur, les mains sur les genoux, observant la brume autour d’eux, assis tout proche de la cheftaine. Cette dernière avait ramené ses genoux contre sa poitrine, avant de les étreindre, serrés contre elle. Cela lui donnait une sorte d’air fragile et enfantin, qui ne laissa pas John indifférent. Visiblement, elle pouvait rapidement passer d’un extrême à l’autre. Le trajet dura quelques minutes, puis la Duck-navette s’arrêta finalement à un nouvel embarcadère, en meilleur état que celui qu’ils avaient emprunté juste avant cette fois-ci. Kaya se leva rapidement, puis sauta du transport, se retrouvant sur la berge rapidement avec une sorte de hâte légèrement apeurée. John se leva à son tour, descendant plus calmement de l’animal, les eaux troubles du marée s’agitant sous lui. Il entendit derrière lui :

Dépêche-toi de descendre, Johnny.

Il ne put s’empêcher de sourire. Johnny. Elle allait surement continuer de l’appeler ainsi pendant un long moment. D’un bond, il se retrouva sur le sol en bois du ponton, puis sur la terre meuble du marais, aux côtés de la capitaine. Ils se trouvaient désormais juste en face du poste de garde. Les adolescents passèrent près d’eux discrètement, puis filèrent en direction des habitations sans demander leur reste. John les suivit quelques secondes du regard, puis regarda Ekaterina, puis le poste situé à 300 mètres d’eux. Il lui sourit puis murmura :

Je crois que nos routes vont se séparé ici… A moins que tu ne te décides finalement à abandonné ta patrouille solitaire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ekaterina Carbone
avatar
Chef garde Avienne

Puf : Heaven
Messages : 61
Oz : 8
Date d'inscription : 30/03/2015
Age : 20
Localisation : Dans un abîme trop sombre.

Carnet de bord
Âge du personnage: Dix-neuf hivers.
Animal de l'hybridation: Un Elanion Blanc.
Relations:

MessageSujet: Re: La patrouille nocturne [PV : Ekaterina Carbone]   Lun 11 Mai - 14:42

Patrouille Nocturne

Kaya & Johnny

Les yeux de Kaya, dorés et étincelants, se levaient vers l'immensité des cieux. Des nuages sombres s'amoncelaient, ce qui arracha un soupir ennuyé à la jeune femme.
« Je crois que nos routes vont se séparer ici… A moins que tu ne te décides à abandonner ta patrouille solitaire ?
Je pense que je vais m'abstenir de voler. L'orage menace, je ne voudrais pas m'écraser lamentablement comme la semaine dernière, face à un civil. »
Réalisant soudainement l'aveu qu'elle venait de faire, elle piqua un fard. Suivant les adolescents qui s'éloignaient d'un pas vif vers les maisons qui se détachaient à peine dans la brume, Ekaterina s'arrêta toutefois face à l'édifice qui abritait le QG des Aviens. Elle étira ses longs bras au-dessus de sa tête, faisant danser ses cheveux qui couvraient sa chute de reins, avant de s'engouffrer par une petite porte sombre.
« Je suppose que tu vas aller te coucher, vu l'heure. »
Lança-t-elle à la dérobée, en marchant volontairement lentement pour retarder le moment de se quitter. Elle bâilla, chassant la fatigue qui s'amoncelait dans ses yeux en les frottant vigoureusement de ses poings.
Intérieurement, l'Elanion exultait. Johnny. Un sourire naissait sur ses lèvres pâles, témoignant d'une satisfaction certaine. Ses doigts se promenèrent innocemment sur les murs en béton ciré, jusqu'à ce qu'ils atteignent la salle de repos des gardes. Le visage de la jeune femme s'illumina lorsque ses prunelles rencontrèrent une touffe de cheveux blonds.
« Mumu ! » Lança-t-elle, joyeusement.
« Ah, vous êtes pas morts bouffé par les fourmis dans la forêt. »
Ekaterina poussa une exclamation outrée, avant d'ébouriffer la tignasse dorée du soldat. Elle se laissa choir sur l'une des chaises particulièrement inconfortables, avant de récupérer d'un geste brusque la lame qui s'était fichée dans l'œil globuleux de l'hybride qui avait été accroché au mur, tel un trophée.
« Bon, messieurs. Je vous abandonne ici, mon lit m'appelle. » En passant à côté de John, la jeune femme le gratifia d'une petite tape amicale sur l'épaule. « C'était un plaisir, Johnny. J'espère qu'on remettra ça rapidement. »
Avec un sourire angélique, Ekaterina s'engouffra dans les couloirs avec une grâce toute relative. Récupérant un élastique qui reposait constamment à son poignet, la jeune femme accrocha ses longs cheveux blancs en une tresse peu soignée. A peine sortie, Kaya déploya ses immenses ailes mêlant le gris anthracite, le blanc et le noir, et se dépêcha de rejoindre son foyer sur les plus hautes branches.
De son perchoir, la cheftaine avait une vue imprenable sur le marais, mais sans les odeurs persistances de l'eau trouble. Ici, tout sentait les aiguilles de pin et les fleurs printanières. Dès qu'elle eut touché son matelas, Ekaterina sombra dans un sommeil sans rêve, épuisée mais ravie.
Finalement, tout c'était passé à merveille.  

HRP:
 

DEV NERD GIRL





Merci Mômoune c::
 


Kaya murmure à l'oreille de ses interlocuteurs avec #CC6699
Retrouve ici sa présentation complète !
Staffienne Décérébrée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La patrouille nocturne [PV : Ekaterina Carbone]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La patrouille nocturne [PV : Ekaterina Carbone]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» patrouille de griffe de panthère
» Quand la virée nocturne se transforme en cauchemar | Nicolas de Ruzé |
» Patrouille en forêt [PV Aubé + Tarte aux Pommes + Soleil Couchant]
» Escapade nocturne [Galyana]
» Entretien nocturne [Ashenie de Sephren]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hybrids ::  :: Anciennetés :: Archive des Rps-