Et si le monde que vous connaissez si bien changeait du tout au tout subitement? C'est ici que tout commence.
 

Partagez | 
 

 Je ne crois pas t'avoir sonné toi! [feat Oll]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Antigène
avatar
Alpha rebelle

Puf : Soka
Messages : 30
Double comptes : Jinx emblem - ♀ - Humaine
Oz : 73
Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 22
Localisation : PARTOUT MOUAHAHAHA

Carnet de bord
Âge du personnage: 22 ans
Animal de l'hybridation: Corbeau Albinos
Relations:

MessageSujet: Je ne crois pas t'avoir sonné toi! [feat Oll]   Lun 4 Mai - 19:21

Les pâles rayons du soleil effleurent à peine les rideaux de mon bureau lorsqu’un jeune homme entre en toute hâte. Il fait claquer la porte contre le mur en béton ce qui me fait ouvrir les yeux. Lentement je redresse la tête pour toiser avec froideur celui qui vient de me réveiller. Mon regard glisse furtivement vers l’unique horloge de la pièce. 6h45. Un grondement sourd monte dans ma gorge et j’observe mon petit sous-fifre se faire dessus. Il a l’air impressionné, sans doute croyait-il que j’étais encore éveillé. Je me redresse avec une lenteur effrayante, continuant de grogner. Je me passe une main sur la nuque. J’ai mal. Sans doute parce que je me suis endormi sur mes papiers, la tête contre mon bureau. J’ai veillé tard hier pour terminer toute la paperasse de la poste, essayant ainsi de maintenir notre couverture. En tant que Rebelles nous ne devons pas être percés à jour. Et puis je devais également éplucher les dossiers de nos nouvelles recrues. Enfin, dans un grondement sourd je tente de m’exprimer :

« Tu veux quoi ? »

Eh oui toujours aussi agréable, comme à mon habitude. Enfin, il vient me réveiller en déboulant comme une furie dans mon bureau, à quoi s’attendait-il ? Mes doigts pianotent bruyamment sur la surface dure et lisse de mon plan de travail. S’il ne s’exprime pas très vite je risque de perdre patience. L’hybride face à moi déglutis, je l’impressionne ? Cette idée m’arrache un sourire mesquin qui a l’air de légèrement détendre mon interlocuteur. Il s’éclaircit la gorge et se lance, hésitant.

« Je… En triant nos stocks d’armes et de munitions je me suis rendu compte qu’il ne nous restait plus assez de matériaux pour nous équiper correctement… Et tous les Hybrides sont partis en missions… Alors je suis venu… »

« Ouais tu es venu me dire de bouger mon cul et d’aller en ramener quoi. »

Je le vois qui sursaute et comment à bafouiller, tout embarrasser. Ce n’est pas ce qu’il a voulu dire, me maintient-il. Cette réaction me fait glousser. Il est amusant ce gamin. Je le laisse gesticuler dans tous les sens en s’excusant de trente-six façon différentes et me lève, engourdit par cette nuit pas réellement reposante. Je suis certes déjà habillé mais ce sont mes vêtements de la veille, pas question de sortir ainsi ! J’ai beau être un rebelle je sais faire un minimum attention à mon hygiène quand même. Je fous l’hybride dehors et me dirige vers mon cabinet de toilette. Je me déshabille rapidement et entre dans la douche. L’eau se met à couler, d’abord froide. Je tressaillis lorsque le liquide glacé entre en contact avec ma peau. Chacune de mes cellules semble vibrer en rythme avec les autres pour me faire comprendre que la température ne leur convient pas. Doucement le fluide se réchauffe et la chair de poule qui m’a envahi se dissipe. Je me lave sans prendre plus de temps que nécessaire.

Une fois habillé je m’ébouriffe les cheveux, encore humide de ma douche. Dehors la matinée est fraiche mais elle promet un après-midi chaud et lourd. En ce moment il fait très beau sur tout le continent d’Euphésia. Mais de gros nuages menaçants s’amoncèlent au-dessus d’Utopia. Je souris et m’arme de mon blouson en cuir noir à capuche. Après tout, il n’y a que sur ce continent féérique que nous pouvons nous procurer assez de métal pour forger nos armes et nos munitions. Je me couvre le bas du visage d’une écharpe et met ma capuche pour assombrir le haut de mon visage. J’arrive au pont vers 8h. A cette heure-ci il n’y a qu’un seul garde. Et ce dernier paraît très fatigué, tant mieux pour moi. Il serait mauvais que le chef de la rébellion se fasse attraper alors qu’il traverse simplement le pont… Je fais voler un Oz en or pour le garde qui s’écarte et me laisse passer en bâillant. Finalement ce n’est pas plus mal que cet incompétent d’armurier m’ai réveillé su tôt. Comme ça je peux rester discret et passer inaperçu.

Comme prévu une fois sur le continent une pluie forte s’abat sur moi. Je grogne. Je n’aime pas la pluie. Elle nous ralenti et nous alourdit, nous empêchant de voler. Ce qui est le comble pour un oiseau. Je crois rapidement deux gardes Transformistes de l’autre côté du pont qui semblent amusés par mon grognement. Je m’approche de l’un d’eux.

« Excusez-moi, je cherche le camp des Félidés. »

Ils se dévisagent un instant, perplexes. Je comprends leur réaction : rares sont les visiteurs d’Euphésia qui viennent rendre visite à l’un des deux peuple qui combat les humains avec férocités. Ils font partis d’un des deux seuls groupes de Transformistes à continuer de se battre contre la race Humaine. Mais moi je ne suis pas un humain… Et leur proposer de l’aide en échange de matériaux est le chantage le plus ingénieux que j’ai pu trouver. Cela fait des mois que nous nous fournissons ainsi, en payant les félidés pour les matériaux et en leur assurant des résultats d’espionnage des Humains. A contrecœur les deux gardes m’indiquent la direction, s’excusant de ne pouvoir m’y conduire. Je souris et leur fait un signe de la main. Naïf. Les sourires ne sont rien d’autre que de petits étirements des muscles des lèvres. Duper quelqu’un avec un sourire est aujourd’hui devenu tellement facile… Je prends la direction indiqué et marche, espérant ne croiser personne. Je ne suis pas d’humeur à expliquer ce que je fais là à un quelconque Transformiste.

Des bruits de pas embourbés dans la gadoue résonnent derrière moi et je soupire. Je suis encore sur le territoire des Naturels, quel genre d’animal de foire vais-je encore rencontrer ? Je me retourne et toise la silhouette que la pluis camoufle avec une certaine haine.

« Qui es-tu ? »



Merci à Aislynn pour ce magnifique kit!
Antigène parle en crimson!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Esprit
avatar
Compte Fonda

Messages : 140
Oz : 10132
Date d'inscription : 18/01/2015

MessageSujet: Re: Je ne crois pas t'avoir sonné toi! [feat Oll]   Sam 30 Mai - 16:06


    Bonjour/bonsoir.
  • Cela fait plus de trois semaines que ce rp a été ouvert par Antigène et n'a pas reçu de réponse.
  • Son partenaire a jusqu'au 2 juillet pour répondre.
  • Si le 6 juin ce rp est toujours sans réponse il sera fermé et Antigène recevra un bonus de 9 Oz pour rp solitaire.

    Bonne fin de journée/soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hybrids.forumactif.org
 

Je ne crois pas t'avoir sonné toi! [feat Oll]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» l'heure des explications a sonné ✗ feat. Khadija
» Tu crois m'avoir comme ça ? |Cedric|
» Tout ce que tu crois savoir, n'est rien de plus que le fruit de ton imagination, une joyeuse illusion.
» Reshiram l'ange céleste :P Je m'y crois
» Qui veut un padawan?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hybrids ::  :: Plaine-