Et si le monde que vous connaissez si bien changeait du tout au tout subitement? C'est ici que tout commence.
 

Partagez | 
 

 Hello World ~[SoloRp]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aislynn Sangero
avatar
Rang Aislynn

Puf : Moji'
Messages : 197
Double comptes : Diego Worfield
Oz : 34
Date d'inscription : 19/01/2015
Age : 22

Carnet de bord
Âge du personnage: 20 ans
Animal de l'hybridation:
Relations:

MessageSujet: Hello World ~[SoloRp]   Mar 17 Fév - 8:28

Hello World
SoloRp
Le réveil, ce matin-là, était plutôt difficile. En soufflant bruyamment, la jeune fille leva sa main pour arrêter son vieux réveil, avant d'adopter derechef sa position préférée sous sa couette : celle de l'étoile de mer. Ses membres, encore endoloris de sommeils, étaient étendus, et semblaient si lourds qu'il lui semblât impossible de les bouger. Elle lutta pendant de longs instants pour ne pas fermer les yeux ; elle savait que cet acte le replongerait indubitablement dans un sommeil lourd, et c'était ce qu'elle cherchait précisément à éviter à cet instant. Puis, tout à coup, résolution. Une vague de détermination lui parcouru le dos puis le ventre : elle se sentait prête à se lever. Se redressant tout d'abord en position assise, la jeune fille se frotta les yeux, encore chargés de fatigue, avant de se lever.

Aislynn posa ses deux pieds nus sur le sol mal isolé de sa chambre. Elle n'en avait cure, étant habituée depuis toujours à ce petit courant d'air à raz de plancher si familier. Machinalement, elle se dirigea vers la salle de bain de l'appartement qu'elle habitait avec sa mère. Son tee-shirt et son pantalon sautèrent sur une chaise, alors que la jeune fille entrait dans la douche. L'eau brûlante coula bientôt, réchauffant sauvagement le dos de l'humaine qui se trouvait juste en dessous. S'appuyant sur un des murs, elle laissa les jets d'eau lui picoter les omoplates. Bon sang, pourquoi s'était-elle couchée aussi tard ? Jamais elle n'avait été aussi déraisonnable dans ses horaires, et sa mère allait se demander pourquoi elle avait veillé aussi tard sur son ordinateur la nuit dernière. Aislynn coupa l'eau et se savonna. De toute façon, elle n'avait pas de soucis à se faire ; elle n'avait qu'à lui dire qu'elle bossait sur un exposé, ou un quelconque devoir scolaire classique si jamais elle lui posait la question, et l'affaire sera faite. La jeune fille n'aimait pas mentir à sa mère, mais elle n'avait désormais plus le choix. Depuis qu'elle faisait ses petites activités tout à fait illégales, elle se devait de couvrir ses arrières. C'était la base, m'voyez. Rotation des robinets. L'eau, cette fois fraîche, rinça le corps savonneux de l'étudiante. De nouveau, Aislynn soupira.

Elle sortit de la douche, et s'enroba dans sa serviette de bain. Se frottant énergiquement pour se sécher, elle retourna dans sa chambre s'habiller et se préparer. Quelques minutes plus tard, la jeune fille mi brune, mi blonde traversait l'appartement, son sac de cours à la main. Elle le posa dans l'entrée, avant d'aller chercher un yaourt aux fruits dans le frigidaire de la cuisine. Pendant qu'elle nettoyait le pot en plastique, elle avait mis une tartine dans la grille pain. La tartinant de beurre et de pâte chocolaté, elle se l'enfourna en quelques secondes, avant de se vider un verre de jus d'oranges.

Elle mit sa vaisselle dans l'évier, et partit mettre ses chaussures. Elle se couvrit d'un gros manteau, et d'une écharpe épaisse, avant de passer son sac sur son épaule, et de sortir sur le palier de l'étage de l'immeuble qu'elle habitait. Sa mère dormait encore, aussi avait-elle prit grand soin de ne pas faire trop de bruit en se préparant. Elle dévala les deux étages qui la séparait de l'entrée du bâtiment, avant d'avancer dans la rue. Sortant son casque audio de son sac, elle le brancha à son téléphone, avant de jouer une playlist et se de remettre à marcher en direction de son université.

Alors qu'une nouvelle musique venait de remplacer l'ancienne, quelque chose interpella le regard sombre de l'étudiante. Elle releva la tête, et vit trois, quatre affiches aux couleurs un peu vieillies, La pluie qui s'était abattue durant la nuit les avait lavé, mélangeant les encres et faisant une tambouille de pigments plutôt... Artistique. Sur le haut de chaque affiche, un gros "Wanted" surplombait des images de quelques criminels qui sévissaient en ce moment dans la ville et ses alentours. Les lèvres d'Aislynn se pincèrent. Certaines de ces têtes lui étaient connues : Celle de Jinx Emblem, dont la récompense était montée à 1.000.000 Oz était célèbre depuis de nombreuses semaines - même si la concernée semblait vouloir se faire oublier ces derniers temps. Mais l'affiche qui attirait son attention était celle à côté de la criminelle aux cheveux bleus. Toute récente, elle montrait une silhouette - vraisemblablement féminine, mais le doute était permis - dans une combinaison sombre. Un casque de moto au design épuré semblait-il lui cachait le visage. En dessous, un nom familier présentait le mystérieux personnage : Cinead.

Le prix demandé pour la capture cet individu laissa la jeune fille coite de surprise. 850.000 Oz, c'était une sacrée somme. Ses yeux dérivèrent sur la liste des crimes dont on accusait Cinead : Cyber terrorisme, trafic illégal d'informations, ainsi qu'une complicité suspectée avec d'autres criminels. Aislynn arqua un sourcil, avant de regarder de nouveau l'image de l'inconnu. Qui avait pris cette photo ? La mauvaise qualité de cette dernière rendait ses formes vagues et grossière, si bien qu'on se demandait s'il s'agissait d'une femme, ou d'un homme. Une photo certainement prise avec un téléphone portable, ou quelque chose du genre. Rien qui ne corresponde à la véritable version de la combinaison de Cinead. Elle haussa les épaules, avant de regarder prudemment les autres affiches, reconnaissant des noms, des visages, ou des crimes. Puis elle se redressa, et poursuivit sa route calmement. Elle ne devait montrer aucune marque de stress apparent. De toute façon, elle était paisible, et n'avait rien à se reprocher. Un instant, Aislynn remercia la loterie génétique de l'avait gracieusement doté d'un sang froid étonnant.

Elle poursuivit son chemin vers son université. Alors que le campus se dessinait derrière les premiers logements étudiants, Aislynn vit une tête connue sortir d'un long bâtiment gris. Une touffe de cheveux corbeaux, aux reflets gris - bleus,descendit les escaliers extérieurs avant de descendre dans la pelouse. Elle le héla, et le jeune homme releva la tête en sa direction. Il eut un sourire, alors qu'elle le rejoignait dans l'herbe.
"Hé, Abriel !"

Ils se saluèrent, avant repartir ensemble vers le premier bâtiment scolaire qui se trouvait devant eux, sur la gauche. Ils ne se disaient rien - Aislynn avait remonté son écharpe jusqu'aux yeux, et son souffle, passant entre les mailles de son vêtement de laine, formait une vapeur chaude devant elle. Lui semblait perdu dans ses propres pensées. Elle se mit à l'observer. D'habitude, c'était le jeune homme qui engageait la conversation, mais ce matin-là, il demeurait silencieux.

Plus grand qu'elle d'une tête, il n'était pas particulièrement épais, mais plutôt fin et relativement sec. S'il se donnait de faire un petit peu de sport, un rien d'exercice lui donnerait des muscles. Non pas qu'il eusse une corpulence ridicule - bien au contraire. Mais cette flemme qu'il avait exaspérait au plus haut point Aislynn qui elle, était mordue d'activités sportives. Lui ne faisait rien de trop physique : Il était endurant, et l'était même sacrément. Il était rapide, aussi, mais surtout très, très précis. Lui,ce qu'il adorait, c'était le tir. Petit, il avait fait du tir à l'arc. Puis, vers ses 15 ans, il se réorienta et opta pour le tir sportif au pistolet, auquel il était rudement doué et efficace. Il avait bien tenté d'initier son amie - mais cette dernière aimait plutôt les sports où la dépense physique était réelle.

En entrant dans l'amphi dans lequel ils avaient tous deux cours, ils rencontrèrent d'autres de leurs amis communs. Ils en tout et pour tout cinq dans leur petite bande de base, autour de laquelle gravitait parfois une ou deux connaissances de l'un, ou d'un autre. Aislynn salua la deuxième fille du groupe, Lila, d'un hochement de tête amical, alors que cette dernière, la main dans celle de son copain, lui fit un énorme sourire.

La matinée, et la journée passa incroyablement vite. Les cours magistraux du début de journée portaient sur une toute nouvelle notion qu'ils découvraient, et qui était fort pratique à appliquer à leurs anciens programmes et exercices faits depuis le début de l'année scolaire. Cela simplifiait drastiquement leurs calculs, un véritable bonheur. L'après-midi se déroula en petits groupes. Aislynn le passa avec Tristan, le petit ami de Lila. les cours se finissaient tôt, aussi les étudiants se retrouvèrent dehors alors que le soleil frais de l'hiver était encore haut dans le ciel. La bande des cinq décida de passer un peu de temps ensemble dans un bar, notamment afin d'organiser leur week end qui venait à grands pas.

C'est ainsi que Abriel, Lila, Tristan, Mike et Aislynn se retrouvèrent au "Petit Fréjus", un bar sans prétention qui bordait le campus et qui était plutôt populaire chez les étudiants. Alors que cette dernière avait pris un Mojito supplément fruits rouges, elle gardait le silence, écoutant le reste de la bande qui se disputait joyeusement.
"Bon, et samedi ? On pourrait très bien aller à la piscine l'après midi, non ?
- Déconnes pas, j'ai un exposé à finir moi !
- Alors tu le finiras dimanche, Mike. Fais pas chier.
- Dit celle qui va refuser de sortir parce qu'elle as déjà prévu quelque chose avec son amoureux !
- Je t'emmerde !"

L'etudiante mi brune, mi blonde regarda Lila s'énerver toute seule. Toute petite et fluette, cette dernière ressemblait à un lutin. Elle possédait un langage naturellement fleuri et grossier, et jurait comme un charretier à longueur de journée, ce qui amusait beaucoup le reste du groupe. Ses cheveux, très longs, lui descendaient au niveau des fesses. Elle les nattait toujours en une tresse simple, unique. Ils étaient naturellement brillants, et avaient été teintés en mauve clair pour la blague. Vous voyez, avec son prénom. Lila, le violet, tous ça.

Ses petits yeux dorés lancèrent des éclairs à Mike, un brun plus grand qu'elle, mais qui demeurait le garçon le plus petit du groupe, avant de lancer en tirant la langue :
"Et puis d'abord, tu n'avais qu'à t'avancer, et le faire pendant la semaine, ton exposé !
- Je n'avais pas le temps !
- Bordel, j'ai eu le temps de le faire et pourtant je suis tout le temps avec Tristan ! Tu ne fous rien de tes soirées !"

Mike la regarda avec un sourire en coin qui lui fit une tête toute tordue. Il s'adossa au mur juste derrière lui, et croisa les bras d'un air suffisant. La chevelure châtain foncé de Tristan apparut juste derrière lui, ce dernier lui donnant une tape amicale sur l'épaule, tout sourire, l'air taquin et moqueur.
"Ne me dis pas que tu as enfin trouvé une copine, Mike ?
- Tu rigoles ? Mon père m'a acheté un hybride la semaine dernière, il faut que je m'en occupe !"

Tristan eut un sourire sombre, et ses yeux pétillèrent, alors qu'il répondit :
"C'est bien ce que je disais... Notre Mike s'est trouvé une copine ! Et il a des goûts exotiques,en plus !"

Il tapa derechef sur l'épaule de son ami en rigolant, tout en buvant une gorgée de bière. Le reste du groupe suivit, hilare devant Mike, qui était devenu rouge écarlate. Alors qu'Aislynn reposait son verre, elle sentit le regard vert foncé de Abriel sur elle. Lorsqu'elle releva la tête en sa direction, le jeune homme lui fit un sourire, avant de finir sa bière et de rejoindre les deux garçons qui se chamaillaient. L'étudiante arqua un sourcil, perplexe. Se rapprochant du reste du groupe, elle déclara :
"Bon, du coup on fait quoi pour samedi ? Piscine, ça va à tout le monde ?"

Ils se concertèrent tous les cinq. Convinrent d'une heure de rendez-vous. Finirent leurs boissons. Payèrent et rentrèrent chez eux.

Aislynn rentra de son côté, seule. Son casque de nouveau sur les oreilles, elle fredonnait les musiques qui passaient, les connaissant toutes par coeur. Elle repassa devant les même buildings. Devant les mêmes magasins. Les mêmes affiches brunes qui lui avaient attiré le regard le matin même. Le nom de Cinead lui sauta derechef au visage, mystérieux, neuf.

L'étudiante rentra chez elle. Sa mère n'était pas dans l'appartement. Elle avait décroché un job instable et était vendeuse à l'essai dans une nouvelle boutique d'hybrides qui venait d'ouvrir, à deux rues de chez elles. La demi brune alla directement dans sa chambre et enleva son manteau. Posant son sac dans un coin, et ouvrit son ordinateur. Elle pianota vivement sur son clavier d'une main, alors que de l'autre elle allumait la lampe qui se trouvait derrière l'écran. Sa main gauche retourna pianoter avec sa soeur jumelle.

Un nouveau message. Son dernier client en date.

Aislynn serra les dents. Elle allait, une fois de plus, devoir se déplacer. Elle n'aimait pas particulièrement le faire, car cela donnait une certaine réalité au personnage qu'elle avait créé. Du concret. Mais, d'un côté, elle n'avait pas forcément le choix. Pour prouver à sa clientèle qu'elle était bel et bien réelle, c'était quelque chose par où elle devait passer.

Mémorisant l'adresse, elle fit des recherches, se connectant aux caméras de la ville pour vérifier le secteur. Elle conserva celles qui allaient sur son trajet. Sa destination, située dans l’extrême périphérie de la ville, ne possédait aucune caméra dans un rayon de plusieurs centaines de mètres. Elle les laissa tourner sur son écran, tandis qu'elle ouvrit son sac de cours pour faire ses devoirs. Lorsque la nuit tomba, et alors que sa mère devait enchaîner avec une garde de nuit, Aislynn se leva, et commença à préparer son matériel. Après de nombreuses combinaisons de codes, elle ouvrit un tout petit coffre dans le fond d'un tiroir, et en tira un bracelet, d'une teinte noire matte. Elle se le clipsa sur le  bras, et appuya sur un bouton dissimulé, qui afficha l'heure. Elle sorti un petit boitier en plastique qu'elle glissa dans l'épaisseur d'une des semelles de ses basquettes, avant de refermer le cache ; éteignit son ordinateur. Puis elle se rhabilla d'un épais manteau noir, parfaitement banal et neutre, bien différent de celui qu'elle avait pris quelques heures avant pour aller en cours, et sorti dans la rue. La jeune fille ne prit pas la même direction que ce matin. Se dirigeant vers les bas quartiers en périphérie de la Ville Neuve, Aislynn renfonça la capuche qu'elle avait prit soin de mettre dès la sortie de son immeuble. Invisible parmi une foule sans visage, elle se confondait parfaitement dans les passants aux visages neutres et aux regards effacés.

Elle pénétra sans mal dans les bas quartiers. Bientôt l'abondance de la foule fut plus erratique. Tout dépendait des ruelles. La jeune fille regardait droit devant elle, mais tous ses sens étaient en éveil. Ses muscles, tendus, prêt à une réponse immédiate à la moindre menace. Mais rien ne se passa. Elle arriva sans encombre dans une sans issue. Dans un coin, sa cachette : une porte qui menait à une chaufferie dont elle avait piraté le code d'accès: un endroit où personne n'allait jamais. Elle vérifia une nouvelle fois qu'aucune caméra n'avait été posée depuis la dernière fois qu'elle était venue ici. Ceci n'étant pas le cas, elle entra dans la salle sombre. Alluma une des lampes. Elle remonta sa manche, et se mit à appuyer sur son bracelet montre.pour accéder au menu. Après quelques commandes cachées et d'un mot de passe, le bracelet s'éteignit. puis il vibra une fois, puis deux. Puis trois. D'un seul coup, il commença à se déplier, entoura progressivement tout l'avant bras de la jeune fille. Le tissu continua à gagner du terrain, montant jusqu'à l'épaule, puis couvrant sa cage thoracique, avant de se propager sur l'autre bras tout en descendant simultanément surs ses deux jambes, couvrant l'adolescente d'une fine armure, ressemblant plus à une combinaison de motard relativement fine.

Un casque se forma sur la tête d'Aislynn, terminant le déploiement de sa combinaison. Un revêtement en métal noir, mat, se mit en place par dessus, à certains endroits. Elle était devenue parfaitement anonyme, désormais. Et le tout n'avait mis que quelques instants à se mettre en place. La silhouette noire attendit quelques instants, avant de sortir par une deuxième porte, placée de l'autre côté de la salle. Cette dernière ouvrait dans une rue encore plus petite que la précédente. Juste à côté, se trouva une échelle métallique qui menait aux toits. La jeune fille l'emprunta, montant au sommet de l'immeuble. Les bas quartiers étaient réputés pour les ruelles étroites... Ce n'en était que plus facile de sauter de toit en toit. Et tout cela sans trop se faire remarquer. Et en passant outre les caméras. Alors Aislynn s'élança, et se mit à courir, volant par dessus le vide entre deux immeubles. Le coeur battant, elle se sentait littéralement libre.

Bientôt, elle arriva au lieu qu'avait fixé son client. Elle descendit le long d'une gouttière, et tapota la semelle de sa chaussure, à l'occasion recouverte par la combinaison de son bracelet. Le brouilleur se mit en route, et la caméra qui se trouvait à l'autre bout de la ruelle allait filmer en bouclant à l'infini, le temps que le brouilleur s'éloigne de sa portée. Ainsi, Aislynn prenait la précaution ne de pas se faire filmer à son insu par les autorités.

Elle marcha un peu, avant de frapper à une vieille porte rouillée. Une trappe s'ouvrit, et deux yeux lui demandèrent un code. Code que la jeune fille lui récita sans broncher. La trappe se referma, et la porte blindée s'ouvrit. Derrière, un grand type blond décoloré, aux yeux vairons, la dominait du haut de son gros mètre 90. D'une voix moins sèche, il l'accueillit :
"Hé bien Cinead... T'es ponctuelle, toi."

La concernée lui fit un hochement de tête, alors que son hôte l'invitait à rentrer. Lourdement, la porte se refermait derrière eux.

Elle était Cinead, et elle avait décidé de quitter son petit confort pour vivre dans le danger. De rejeter cette fausse sensation de sécurité pour se créer la sienne. Pour cela, elle était plongée bien bas, dans un monde dont elle ne connaissait pas encore toutes les ficelles... Mais dont elle n'était pas l'inconnue. C'était dans ses tripes, et jamais elle ne s'était sentie étrangère à ce milieu lugubre, que très peu connaissaient, et que beaucoup redoutaient. Elle savait ce qu'elle faisait. Elle plongeait dans un monde nouveau.
© Cinead



Her Prezz || Rp's || Relations || Atelier || Want a link ?

Lorsqu'elle parle, Aislynn utilise le code couleur darkcyan.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Hello World ~[SoloRp]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
» Forge World
» Nouveauté Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hybrids ::  :: Ville Neuve-